Sobriété

Auteur : Yves Dulieu et les bières qui roulent
parodie de Ma liberté de Georges Moustaki
    


Ma libertéSobriété
Longtemps je t'ai gardéeQui a pu inventer
Comme une perle rareUn mot si ridicule?
Ma libertéSobriété
C'est toi qui m'as aidéBeaucoup t'ont respecté
A larguer les amarresQuant à moi je t'encule!
Pour aller n'importe oùC'est à cause de toi
Pour aller jusqu'au boutQue l'on met dans la bière
Des chemins de fortuneDe la limonade,
Pour cueillir en rêvantEt que l'on n'ose pas
Une rose des ventsMettre de mayonnaise
Sur un rayon de luneDans notre salade.


Ma libertéSobriété
Devant tes volontésDe partout dans le monde
Mon âme était soumiseLes hommes tu les emmerdes!
Ma libertéSi y'avait que toi
Je t'avais tout donnéY'aurait plus une femme ronde
Ma dernière chemiseAux quatre coins d'la planète.
Et combien j'ai souffertCar en ton nom certains
Pour pouvoir satisfaireSe gardent de baiser
Tes moindres exigencesDe tremper leur quéquette,
J'ai changé de paysMais crois-moi que jamais
J'ai perdu mes amisJe ne me priverais
Pour gagner ta confianceDe leur foutre dans le trou qui pète.


Ma libertéSobriété
Tu as su désarmerUn tas de demeurés
Mes moindres habitudesT'observent à la lettre,
Ma libertéPréférant boire
Toi qui m'as fait aimerDe l'eau du robinet
Même la solitudePlutôt qu'une canette.
Toi qui m'as fait sourireEt les plus convaincus
Quand je voyais finirDes bienfaits de la terre
Une belle aventureEt de toutes ses merveilles,
Toi qui m'as protégéEn évoquant ton nom
Quand j'allais me cacherS'éclatent devant
Pour soigner mes blessuresUn gobelet de Tourtel



Sobriété

Bien bas je te salue

D'avoir dragué le monde,

Moi je mourrai

En soldat inconnu

Noyé dans la bière blonde.

Même quand je serai mort

Tes principes à la con

Je jure de les proscrire,

De faire du paradis

Un bistrot, une orgie

Où l'on aime boire et rire!


Ma libertéEt si jamais
Pourtant je t'ai quittéeLa folie me prenait
Une nuit de décembreDe suivre ta morale,
J'ai désertéCrois-moi pas bien
Les chemins écartésLongtemps je ne survivrais
Que nous suivions ensembleTant la vie serait banale.
Lorsque sans me méfierAttaché à un fût
Les pieds et poings liésJ'irais sans hésiter
Je me suis laissé faireMe jeter dans la Sambre,
Et je t'ai trahie pourHonorer Dame la mort
Une prison d'amourQui les jambes écartées
Et sa belle geôlièreM'attend dans son méandre...


Et je t'ai trahie pourHonorer Dame la mort
Une prison d'amourQui les jambes écartées
Et sa belle geôlièreM'attend dans son méandre...




Liste des 3 autres parodies répertoriées pour Ma liberté de Georges Moustaki :





Quelques parodies parmi prises au hasard :