Monté comme un hérisson

Auteur : Parolix
parodie de La vie par procuration de Jean-Jacques Goldman
Date : 4 juillet 2008
    



Elle met du vieux pain sur son balconIl met des patates dans son caleçon
Pour attirer les moineaux les pigeonsPour faire croire qu'il a un gros saucisson
Elle vit sa vie par procurationIl est monté comme un hérisson
Devant son poste de télévisionOn ne voit même pas ses érections


Lever sans réveil, avec le soleilEntre deux groseilles, y'a son appareil
Sans bruit, sans angoisse, la journée se passeC'est pas une menace, il est même cocasse
Repasser, poussière, y a toujours à faireIl en est pas fier, mais qu'est-ce qu'y peut faire ?
Repas solitaire, en point de repèreIl a plus qu'à s'taire et cacher ce ver


La maison si nette, qu'elle en est suspecteAu début quéquette il la trouvait chouette
Comme tous ces endroits où l'on ne vit pasElle ne gênait pas pour les slows étroits
Les êtres ont cédés, perdu la bagarreIl a vite capté qu'il était poissard
Les choses ont gagné, c'est leur territoireLe pieu tant rêvé est resté têtard


Le temps qui nous casse, ne la change pasAvec une banane, on n'y croyait pas
Les vivants se fanent, mais les ombres pasÇa sort du futal et ça le fait pas
Tout va, tout fonctionne, sans but sans pourquoiPour pas qu'on l'questionne, il dû changé ça
D'hiver en automne, ni fièvre ni froidEt un soir d'automne enfin il trouva




Elle apprend dans la presse à scandaleY's fait draguer par des nymphomanes
La vie des autres qui s'étaleQui l'croient monté comme un cheval
Mais finalement de moins pire en banalMais finalement quand y's'retrouve à poil
Elle finira par trouver ça normalElles repartent avec une sacrée fringale


Elle met du vieux pain sur son balconIl met des patates dans son caleçon
Pour attirer les moineaux les pigeonsPour faire croire qu'il a un gros saucisson


Des crèmes et des bains qui font la peau douceMais un jour enfin il trouva sa douce
Mais ça fait bien loin que personne ne la toucheUne belle aux gros seins qui fit baver sa bouche
Des mois des années sans personne à aimerPour son décolleté, il sortit les billets
Et jour après jour l'oubli de l'amourIl mit 28 jours à lui faire la courre


Ses rêves et désirs si sages, si possibleQuand la nuit plaisirs fût enfin possible
Sans cri, sans délires sans inadmissibleRempli de désirs, il chercha ses cibles
Sur dix ou vingt pages de photos banalesMais quand il tâta sa señorita
Bilan sans mystères d'années sans lumièreIl vit que sa paire avait un mystère


Elle met du vieux pain sur son balconElle met dans son soutif des melons
Pour attirer les moineaux les pigeonsPour faire croire qu'elle a de tes gros nichons
Elle vit sa vie par procurationAu dîner qui fêta leur union
Devant son poste de télévisionOn servit purée et glace au melon


(…)(…)




Liste des 4 autres parodies répertoriées pour La vie par procuration de Jean-Jacques Goldman :





Quelques parodies parmi prises au hasard :