Sa seule beauté

Auteur : Nemo Dégun
parodie de La vie par procuration de Jean-Jacques Goldman
Date : 19 décembre 2015
    



Elle met du vieux pain sur son balconElle montre son cul sur le balcon
Pour attirer les moineaux, les pigeonsPour allumer les puceaux, les pochtrons
Elle vit sa vie par procurationElle n’exhibe que ça, elle a raison
Devant son poste de télévisionVu qu’sa seule beauté se trouve dans son fion


Levée sans réveilNi belle ni rebelle,
Avec le soleilElle habite à Chelles
Sans bruit, sans angoisseAu fond d’une impasse
La journée se passeSombre et dégueulasse
Repasser, poussièreSalaire de misère
Y'a toujours à faireA l’usine de bière
Repas solitairesPatron militaire
En points de repèreEt horaires d’enfer
La maison si netteEt sur Internet,
Qu'elle en est suspecteElle aime Chatroulette
Comme tous ces endroitsComme toutes les nanas
Où l'on ne vit pasQue l’on ne saute pas
Les êtres ont cédéMeetic terminé,
Perdu la bagarreY’a trop de hasard
Les choses ont gagnéSans photo truquée,
C'est leur territoirePersonne ne vient voir
Le temps qui nous casseEnfant de la DDASS
Ne la change pasOu fils à papa
Les vivants se fanentMonté comme un âne
Mais les ombres, pasOu un chihuahua
Tout va, tout fonctionneElle désire un homme
Sans but, sans pourquoiSans options ma foi
D'hiver en automneMais ils s’en vont tous
Ni fièvre, ni froidSitôt ils la voient


Elle met du vieux pain sur son balconElle montre son cul sur le balcon
Pour attirer les moineaux, les pigeonsPour allumer les puceaux, les pochtrons
Elle vit sa vie par procurationElle n’exhibe que ça, elle a raison
Devant son poste de télévisionVu qu’sa seule beauté se trouve dans son fion
Elle apprend dans la presse à scandaleFaut dire qu’elle a les cheveux drôlement sales
La vie des autres qui s'étaleUne tête de gnou, des jambes bancales
Mais finalement, de moins pire en banalY’a que ses fesses au fond qui sont pas mal
Elle finira par trouver ça normalLe reste donnerait la gerbe à un chacal
Elle met du vieux pain sur son balconElle montre son cul sur le balcon
Pour attirer les moineaux, les pigeonsPour allumer les puceaux, les pochtrons


Des crèmes et des bainsElle n’a plus de bêtes,
Qui font la peau douceMis à part des mouches
Mais ça fait bien loinMais elles meurent direct
Que personne ne la toucheDès qu’elle ouvre la bouche
Des mois, des annéesY’a bien des années
Sans personne à aimerQu'son chat est canné
Et jour après jourElle le voit chaque jour
L'oubli de l'amourEn ouvrant le four
Ses rêves et désirsElle aimerait passer,
Si sages et possiblesSi c’était possible
Sans cri, sans délireDans Secret Story,
Sans inadmissibleCe serait terrible
Sur dix ou vingt pagesOui mais son visage
De photos banalesEst trop anormal
Bilan sans mystèreL’public, faut lui plaire,
D'années sans lumière Pas l’rendre suicidaire.




Elle apprend dans la presse à scandaleFaut dire qu’elle a les cheveux drôlement sales
La vie des autres qui s'étaleUne tête de gnou, des jambes bancales
Mais finalement, de moins pire en banalY’a que ses fesses au fond qui sont pas mal
Elle finira par trouver ça normalLe reste donnerait la gerbe à un chacal
Elle met du vieux pain sur son balconElle montre son cul sur le balcon
Pour attirer les moineaux, les pigeons.Pour allumer les puceaux, les pochtrons.




Liste des 4 autres parodies répertoriées pour La vie par procuration de Jean-Jacques Goldman :





Quelques parodies parmi prises au hasard :