Fumiers

Auteur : MelonMan
parodie de Parce qu'on vient de loin de Corneille
    


Nous sommes nos propres pèresNous engueulons nos pères
Si jeunes et pourtant si vieux,Si jeunes mais nous sommes des Dieux
Ça me fait penser, tu saisOn aime faire chier, c'est vrai...
Nous sommes nos propres mèresNous tabassons nos mères
Si jeunes et si sérieux, mais ça va changerSi jeunes mais si vicieux rien ne va changer
On passe le tempsComme de gros glands
A faire des plans pour le lendemainOn pisse sans se servir des mains
Pendant que le beau temps Des gamins dégoûtants
Passe et nous laisse vide et incertainOn gerbe et on s'vide les intestins
On perd trop de temps à suer et s´écorcher les mainsOn perd tout not' temps sur la Play à buter des nains
A quoi ça sert si on n´est pas sûr de voir demainA quoi on sert si on reste seul dans nos coins ?
A rienA rien !


Alors on vit chaque jour comme le dernierAlors on vit chaque jour comme des fumiers
Et vous feriez pareil si seulement vous saviezEt vous feriez pareil si seulement vous étiez
Combien de fois la fin du monde nous a frôlésDe gros blaireaux toujours prêts à emmerder
Alors on vit chaque jour comme le dernierAlors on vit chaque jour comme des fumiers
Parce qu'on vient de loinParce qu'on est des chiens !


Quand les temps sont dursEt quand nos teubs sont dures
On se dit : Pire que notre histoire n´existe pasOn se dit pire que jamais on s'en servira
Et quand l´hiver perdureOui nous sommes des crevures
On se dit simplement que la chaleur nous reviendraMais faut dire simplement que nous sans peur on survivra
Et c´est facile comme çaMême si on bouffe des rats
Jour après jourJ'allume le four
On voit combien tout est éphémèreJe vais y faire griller ton hamster
Alors même en amourQuand je m'ennuie j'me bourre
J´aimerai chaque reine comme si c´était la dernièreJ'aimerai chaque bière comme si c'était la dernière
L´air est trop lourdC'est vrai j'suis lourd
Quand on ne vit que sur des prièresQuand on me dit que je suis prépubère
Moi je savoure chaque instantMoi je m'en fous, je m'étends,
Bien avant que s´éteigne la lumièreSur un banc, et j'explose des lampadaires





Parce qu'on est des chiens !


Jour après jourJ'rallume le four
On voit combien tout est éphémèreJ'vois que ça craint, y a plus de hamster
Alors vivons pendant qu´on peut encore le faireMais je suis con, il était juste tombé par terre
Mes chersGalère !






Liste des 5 autres parodies répertoriées pour Parce qu'on vient de loin de Corneille :





Quelques parodies parmi prises au hasard :