Les emmerdeuses

Auteur : MelonMan
parodie de Le chanteur de Daniel Balavoine
    


Je m´présente, je m´appelle HenriCette jeune conne, elle s'appelle Lorie
J´voudrais bien réussir ma vie, Une chanteuse pour les Monoprix
Etre aiméLes teubés...
Etre beau gagner de l´argentQuand elle danse elle remue du vent
Puis surtout être intelligentY a qu'son cul qu'on trouve entraînant
Mais pour tout ça il faudrait que j´bosse à plein tempsElle fait pitié, mais ses grosses soupes brassent de l'argent


J´suis chanteur, je chante pour mes copainsEt cette pouf, c'est Evelyne Thomas
J´veux faire des tubes et que ça tourne bien, Fausse Marianne qui se fout de toi
Tourne bienPour la gloire
J´veux écrire une chanson dans le ventUn micro remplace son cerveau
Un air gai, chic et entraînantElle compense avec un Pernaud
Pour faire danser dans les soirées de Monsieur DurandMais à eux 2, leur pov' QI frôle le 0


Et partout dans la rueEt partout dans la rue,
J´veux qu´on parle de moiOn parle de ces pétasses
Que les filles soient nuesQu'elles soient blondes, qu'elles soient nues
Qu´elles se jettent sur moiPour monter l'audimat
Qu´elles m´admirent, qu´elles me tuentElles respectent leur public
Qu´elles s´arrachent ma vertuTant qu'elles gagnent leur fric


Pour les anciennes de l´écoleQu'ça soit sur TF1
Devenir une idoleSur M6 ou France 2
J´veux que toutes les nuitsElles exhibent leurs seins
Essoufflées dans leurs litsHypnotisent les neuneus
Elles trompent leurs marisElles polluent nos télés
Dans leurs rêves mauditsFaudrait toutes les piquer !


Puis après je f´rai des galasCette vieille peau, c'est Brigitte Bardot
Mon public se prosternera devant moiEx jeune star qui fait le bonheur des fachos
Des concerts de cent mille personnesElle se tape des chèvres en Lozère
Où même le tout-Paris s´étonneEt insulte tout c'qui est brun de chair
Et se lève pour prolonger le combatPour faire parler à la télé chez Fogiel


Et partout dans la rueCette morue dans la rue,
J´veux qu´on parle de moiQu'on la montre du doigt
Que les filles soient nuesQu'es gens lui crachent dessus,
Qu´elles se jettent sur moiPissent sur son chihuahua
Qu´elles m´admirent, qu´elles me tuentElle l'a bien mérité
Qu´elles s´arrachent ma vertuAu trou la vioc tirée


Puis quand j´en aurai assez de rester leur idoleQuand on aura assez de frapper cette folle
Je remont´rai sur scène comme dans les années follesOn ira voir Bernie, la femme à celui qui vole
Je f´rai pleurer mes yeuxElle payera ses avions
Je ferai mes adieuxA grand coups d'pied dans le fion


Et puis l´année d´aprèsCar j'l'avais oubliée
Je recommenceraiBernadette Chirac
Et puis l´année d´aprèsLa reine du macramé
Je recommenceraiLa duchesse des arnaques
Je me prostitueraiSous sa laide coiffure
Pour la postéritéSe cache une belle enflure


Les nouvelles de l´écoleJe vous jure qu'ça suffit
Diront que j´suis pédéDe toutes ces emmerdeuses
Que mes yeux puent l´alcoolElles dominent le pays
Que j´fais bien d´arrêterDe Lorraine jusqu'en Creuse
Brûleront mon auréoleEt ces pauvres français
Saliront mon passéSe font tous dominer


Alors je serai vieuxFaut s'rebeller un peu...
Et je pourrai crever
Je me cherch´rai un Dieu
Pour tout me pardonner
J´veux mourir malheureux
Pour ne rien regretter
J´veux mourir malheureux




Liste des 9 autres parodies répertoriées pour Le chanteur de Daniel Balavoine :





Quelques parodies parmi prises au hasard :