Coupure de courant

Auteur : Veilleur
parodie de La corrida de Francis Cabrel
Date : février 2010
    


Depuis le temps que je patienteDepuis le temps que je patiente
Dans cette chambre noireDevant cet écran noir
J'entends qu'on s'amuse et qu'on chanteJe sais que ma correspondante
Au bout du couloirVa m'en vouloir
Quelqu'un a touché le verrouJ'aurais pas dû planter un clou
Et j'ai plongé vers le grand jourSur le fil électrique du four
J'ai vu les fanfares, les barrièresJ'ai vu du bizarre, des éclairs
Et les gens autourEt fini le jour


Dans les premiers moments j'ai cruDans les premiers moments j'ai cru
Qu'il fallait seulement se défendreQu'un fusible venait de rendre
Mais cette place est sans issueSon âme, et que, une fois de plus
Je commence à comprendreTout pourrait reprendre
Ils ont refermé derrière moiMais tout a cramé derrière moi,
Ils ont eu peur que je reculeDes flammes surgies du vestibule
Je vais bien finir par l'avoirJe me suis fait encore avoir
Cette danseuse ridiculeJe suis un gros nul


Est-ce que ce monde est sérieux ?Est-ce que je suis vraiment vieux?
Est-ce que ce monde est sérieux ?Est-ce que je suis vraiment vieux?


Andalousie, je me souviensLa jalousie, je m'en souviens
Les prairies bordées de cactusC'est comme un slip plein de cactus
Je ne vais pas trembler devantJe vais trembler comme un pantin
Ce pantin, ce minus !Comme un gros minus
Je vais l'attraper, lui et son chapeauJ'vais m'faire jeter comme un blaireau
Les faire tourner comme un soleilMe prendre une baffe derrière l'oreille
Ce soir la femme du toreroCe soir ma femme, une hidalgo
Dormira sur ses deux oreillesMe jetera à la corbeille


Est-ce que ce monde est sérieux ?Est-ce que je suis vraiment vieux?
Est-ce que ce monde est sérieux ?Est-ce que je suis vraiment vieux?


J'en ai poursuivi des fantômesJe vais faire fondre mes neurones
Presque touché leurs ballerinesEt après j'aurai bonne mine
Ils ont frappé fort dans mon couLe câble est coincé dans le trou
Pour que je m'inclineEt moi je fulmine
Ils sortent d'où ces acrobatesIls sortent d'où ces psychopates
Avec leurs costumes de papier ?Avec leurs valises pleines de papiers?
J'ai jamais appris à me battreJ'ai pas demandé de gériâtres
Contre des poupéesPour venir m'aider


Sentir le sable sous ma têteSentir le câble dans sa cachette
C'est fou comme ça peut faire du bienC'est fou comme ça peut faire du bien
J'ai prié pour que tout s'arrêteJ'ai relié les fils qui m'embêtent
Andalousie, je me souviensManuela, le courant revient
Je les entends rire comme je râleJe t'entends rire comme je râle
Je les vois danser comme je succombeJe sens la pluie tomber en trombe
Je pensais pas qu'on puisse autantEst-ce que tu peux me pardonner
S'amuser autour d'une tombeJe suis vieux et près de la tombe


Est-ce que ce monde est sérieux ?Est-ce que je suis vraiment vieux?
Est-ce que ce monde est sérieux ?Est-ce que je suis vraiment vieux?


Si, si hombre, hombreSi, si, hombre, hombre
Baila, bailaHabla, habla


Hay que bailar de nuevoHay que hablar de nuevo
Y mataremos otrosetc...
Otras vidas, otros toros
Y mataremos otros
Venga, venga a bailar...
Y mataremos otros




Liste des 2 autres parodies répertoriées pour La corrida de Francis Cabrel :





Quelques parodies parmi prises au hasard :