Mimi

Auteur : Mimie
parodie de Lili de Pierre Perret
Date : 3 février 2013
    



On la trouvait plutôt jolie, LilyOn la trouvait encore jolie, Mimi,
Elle arrivait des Somalies LilyElle avait des poils déjà gris, Mimi,
Dans un bateau plein d´émigrésSur un menton un peu plissé,
Qui venaient tous de leur plein gréCa trahissait toutes ces années
Vider les poubelles ? ParisQui faisaient qu’elle avait pâli.


Elle croyait qu´on était égaux LilyElle fut maman un peu trop tôt, Mimi,
Au pays de Voltaire et d´Hugo LilyD’une triple paire de marmots, Mimi,
Mais pour Debussy en revancheMassés sous sa poitrine blanche,
Il faut deux noires pour une blanchePetiots tout noirs entre ses hanches,
Ça fait un sacré distinguoCa f’sait penser ? un piano.


Elle aimait tant la liberté LilyElle aimait trop la liberté, Mimi,
Elle rêvait de fraternité LilyD’être enfermée, elle refusait, Mimi
Un hôtelier rue SecrétanMalgré ses petits sacripants,
Lui a précisé en arrivantElle s’échappait discrêtement
Qu´on ne recevait que des BlancsOn n’la revoyait qu’après longtemps...


Elle a déchargé des cageots LilyElle a bien pleuré ses marmots, Mimi
Elle s´est tapé les sales boulots LilyEtre ? huit, c’était beaucoup trop, Mimi
Elle crie pour vendre des choux-fleursEt puis soudain, une chaleur,
Dans la rue ses frères de couleurRessortait faire le joli cœur
L´accompagnent au marteau-piqueurAux mâles, peu importe leur couleur
Et quand on l´appelait Blanche-Neige LilyEt quand elle jouait dans la neige, Mimi,
Elle se laissait plus prendre au piège LilyIl fallait voir son petit manège, Mimi,
Elle trouvait ça très amusantRedevenait petit enfant
Même s´il fallait serrer les dentsPuis elle rentrait, claquant des dents
Ils auraient été trop contentsS’réchauffer dans l’appartement.
Elle aima un beau blond frisé LilyElle aima un bon gros tigré, Mimi,
Qui était tout prêt à l´épouser LilyUn qui venait la retrouver, Mimi,
Mais la belle-famille lui dit nousMais la belle attrapa des poux
Ne sommes pas racistes pour deux sousDes puces, des tiques dessus, dessous
Mais on veut pas de ça chez nousJe n’ voulais plus de lui chez nous.


Elle a essayé l´Amérique LilyElle avait l’instinct lunatique, Mimi,
Ce grand pays démocratique LilyCa la rendait très romantique, Mimi,
Elle aurait pas cru sans le voirElle partait seule dans la nuit noire,
Que la couleur du désespoirA la pleine lune hurlait d’espoir
Là-bas aussi ce fôt le noirQue son amant viendrait la voir.
Mais dans un meeting ? Memphis LilyMais quand elle oubliait son vice, Mimi,
Elle a vu Angela Davis LilyElle revenait, sentant la pisse, Mimi.
Qui lui dit viens ma petite sœurAvec des traces de morsures,
En s´unissant on a moins peurDes poils manquants et des griffures
Des loups qui guettent le trappeurSe blottir sur ma couverture.
Et c´est pour conjurer sa peur LilyPuis elle se serrait sur mon cœur, Mimi
Qu´elle lève aussi un poing rageur LilyMe f?sait oublier toutes mes peurs, Mimi
Au milieu de tous ces gugusNous deux, moi et ma petite puce
Qui foutent le feu aux autobusDeux vieilles plus cotées ? l’argus
Interdits aux gens de couleurVivions des moments de bonheur.


Mais dans ton combat quotidien LilyEt dans mon combat quotidien, Mimi
Tu connaîtras un type bien LilyQui me donnera tous ces câlins, Mimi ?
Et l´enfant qui naîtra un jourQui me tournera tout autour ?
Aura la couleur de l´amourTu me manques fort mon chat d’amour
Contre laquelle on ne peut rienTa gamelle ne sert plus ? rien...
On la trouvait plutôt jolie, LilyOn la trouvait encore jolie, Mimi,
Elle arrivait des Somalies LilyElle avait des poils déjà gris, Mimi,
Dans un bateau plein d´émigrésSur un menton un peu plissé,
Qui venaient tous de leur plein gréCa trahissait toutes ces années
Vider les poubelles ? Paris.Qui faisaient qu’elle avait pâli.




Liste des 7 autres parodies répertoriées pour Lili de Pierre Perret :





Quelques parodies parmi prises au hasard :