La robe et ...

Auteur : Mimie
parodie de La robe et l'échelle de Francis Cabrel
    


T'avais mis ta robe légèreElle avait sa robe légère
Moi, l'échelle contre un cerisierMoi j’avais une chambre au premier
T'as voulu monter la premièreJe l’ai fait monter la première
Et aprèsMoi après…


Y a tant de façons, de manièresJ’admirais ses belles courbes arrière
De dire les choses sans parlerSes jambes parfaitement épilées
Et comme tu savais bien le faireEt son joli petit derrière
Tu l'as faitBien galbé


Un sourire, une main tendueJ’avais le sexe déjà tendu
Et par le jeu des transparencesCar sous sa robe transparente
Ces fruits dans les plis du tissuOn devinait le peu de tissu
Qui balancentTrop bandante !


Il ne s'agissait pas de monter bien hautIl n' s'agissait pas d' monter bien haut
Mais les pieds sur les premiers barreauxDommage le paysage était si beau
J'ai senti glisser le manteauArrivés j’ôtais le manteau...
De l'enfanceElégance


On n'a rien gravé dans le marbreImpossible de rester de marbre
Mais j'avoue souvent y penserSa peau est douce et parfumée
Chaque fois que j'entends qu'un arbreSur ses épaules ma main s’attarde,
Est tombéA glissé


Un arbre, c'est vite fenduSur sa poitrine est descendue
Le bois, quelqu'un a dû le vendreJe n’aurais pu encore attendre
S'il savait le mal que j'ai euJe caressais ses petits seins nus
A descendreBaisers tendres


D'ailleurs en suis-je descenduPourtant je la sentais tendue
De tous ces jeux de transparence,Elle semblait freiner mes avances
Ces fruits dans les plis des tissusJe la croyais moins ingénue
Qui balancent ?Pas de chance !


J'ai trouvé d'autres choses à faireMon pantalon Dieu qu’il me serre
Et d'autres sourires à croiserUne gâterie j’aurais aimé
Mais une aussi belle lumièreQu’attend-elle donc pour le défaire ?
JamaisEtonné…


A la vitesse où le temps passePuis sous sa robe ma main passe
Le miracle est que rien n'efface l'essentielRemonte et se dirige direct vers l’essentiel...
Tout s'envole en ombre légèreJe sens qu’en elle monte la fièvre
Tout sauf ce goût de fièvre et de mielEntre ses cuisses glissent mes lèvres, elle perle


Tout s'est envolé dans l'espaceTout s’est envolé dans l’espace,
Le sourire, la robe, l'arbre et l'échelleLe string, la robe et les chaussures de la belle,
A la vitesse où le temps passeMmmh…Mais que vois-je ? Une chose dépasse
Rien, rien n'efface l'essentielQu'est-ce ?... Mais on dirait une ficelle !


J'ai trouvé d'autres choses à faireJ’ai trouvé d’autres choses à faire
Et d'autres sourires à croiserEt d’autres jeux sur l’oreiller
Mais une si belle lumièreMais malgré que je savais y faire,
JamaisRegrets


Et voilà que, du sol où nous sommes,Et voilà que j’ enfile un condom
Nous passons nos vies de mortelsJe tire sur le bout de ficelle,
A chercher ces portes qui donnentLes règles, moi je m’en tamponne,
Vers le ciel 7ème ciel !




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour La robe et l'échelle de Francis Cabrel.





Quelques parodies parmi prises au hasard :