Colette

Auteur : Mimie
parodie de La lettre de Renan Luce
Date : 11 avril 2012
    



J’ai reçu une lettre J’ai une nouvelle collègue
Il y a un mois peut êtreDepuis un mois peut-être
Arrivée par erreurL’autre est morte, quelle horreur,
Maladresse de facteurCoincée sous un tracteur.
Aspergée de parfumElle a un doux parfum,
Rouge à lèvre carminRouge à lèvres carmin,
J’aurais dû cette lettre Elle sent bon Colette,
Ne pas l'ouvrir peut êtreUne odeur de violettes


Mais moi je suis un homme Et moi qui n’suis qu’un homme,
Qui aime bien ce genre d'enjeuDe suite tu m’as envoûté
Je veux bien qu'elle me nomme(T’es) pas une petite nonne,
Alphonse ou Fred c'est comme elle veutColette fais de moi c’qui te plaît !
C’est comme elle veutC' qui te plaît !


Des jolies margueritesJ’effeuille la marguerite
Sur le haut de ses 'i'Un peu, passionnément
Des courbes manuscritesTes courbes magnifiques
Comme dans les abbayesMe rendent inopérant
Quelques fautes d'orthographesQuelques fautes d’orthographe
Une légère dyslexieSe glissent quand j’écris
Et en guise de parapheJe mélange mes paperasses
La petite blonde sexyTu es bien trop sexy !


Et moi je suis un homme Et moi qui n’suis qu’un homme,
Qui aime bien ce genre de jeuDe suite tu m’as envoûté
Je n'aime pas les nones(T’es) pas une petite nonne,
Et j'en suis tombé amoureuxColette fais de moi c’qui te plaît !
AmoureuxC' qui te plaît !


Elle écrit que dimanche Quand Colette se penche,
Elle s'ra sur la falaiseC’est comme d’une falaise
Où je l'ai prise par les hanchesOn a une vue plongeante
Et que dans l'hypothèseSûr, c’est pas des prothèses !
Où je n’aurais pas le tactQuand Colette s’abaisse
D’assumer mes ébatsOn voit le haut d’ses bas
Elle choisira l’impactColette, il faut qu’jte baise
30 mètres plus basOu je ne tiendrai pas !


Et moi je suis un homme Oui moi je n’suis qu’un homme,
Qui aime bien ce genre d’enjeuDe suite tu m’as envoûté
Je ne veux pas qu’elle s’assomme (T’es) pas une petite nonne,
Car j’en suis tombé amoureuxColette fais de moi c’qui te plaît !
Amoureux C' qui te plaît !


Grâce au cachet de la posteChaque jour, fidèle au poste,
D’une ville sur la mancheA 8 heures, elle arrive
J’étais à l’avant poste Je suis à l’avant-poste
Au matin du dimancheAujourd’hui je la filme !
L’endroit était desertElle s’assied sur le siège
Il faudra être patientAllume l’ordinateur
Des blondes suicidairesAllume aussi mon cierge
Il n’y en a pas 100Et fait battre mon cœur !


Et moi je suis un homme Oui je ne suis qu’un homme,
Qui aime bien ce genre d’enjeuDe suite tu m’as envoûté
Je veux battre Newton(T’es) une petite cochonne,
Car j’en suis tombé amoureuxColette je sais que je te plais !
AmoureuxJe te plais !


Elle surplombait la MancheJ’l’ai croisée un dimanche
Quand je l’ai reconnueElle marchait dans la rue
J’ai saisi par la manche Faisant rouler ses hanches
Ma petite ingénueElle m’a pas reconnu !
Qui ne l’était pas tantMoi qui espérais tant
Au regard du profilConclure et être amants,
Qu’un petit habitant Elle me dit simplement :
Lui faisait sous le nombrilDes hommes, y en a tellement !


Et moi je suis un hommeEt moi qui n’suis qu’un homme
Qui aime bien ce genre d’enjeuJ’ai demandé à être muté
Je veux bien qu’il me nomme(T’es) pas une petite nonne
(Papa)… S’il le veutMais Colette tu m’as humilié !

Humilié !




Liste des 10 autres parodies répertoriées pour La lettre de Renan Luce :





Quelques parodies parmi prises au hasard :