4 mots sur les Stagor

Auteur : lemoine
parodie de Quatre mots sur un piano de Jean-Jacques Goldman
    


Quatre mots sur un piano4 mort contre les STAGOR
Ceux qu'elle a laissésC’est ce qu’ils ont fait
Quatre c'est autant de trop4 c’est autant leur tort
Je sais compterJe sais compter
Quatre vents sur un passéQuatre cent mille points de def
Mes rêves envolésC’est ce qu’on a gagner
Mais qu'aurait donc cet autre que je n'ai ?Mais comment qu’on a donc fait
Ne le saurai-je jamaisPour en prendre autant


Cas très banal, cliché4 et banal guerriers
Dénouement funestedénouement funeste
Trois moins deux qui s'en vont23 moins 5 qui sont mort
Ça fait moi qui resteEt pourtant on reste
Caresses, égards et baisersScoutage attaques et noblage
Je n'ai pas su faireOn doit vraiment le faire
La partager me soufflait LuciferTous les venger me soufflait Lucifer
Depuis je rêve d'enferOn les envoie en Enfer


Moi j'aurais tout fait pour elleOn tente de tuer AZEF
Pour un simple motEt son lieutenant
Que lui donne l'autreQu’on leur donne une mort
Que je n'offriraisQue lui n’offrirait
Elle était mon vent mes ailesIl était une vie une ombre
Ma vie en plus beauComme nous mais en pire
Etait-elle trop belleÉtait-il trop bête
Ou bien nous trop sots?Ou sommes-nous trop fort
N'aime-t-on jamais assez ?Noble t’on jamais assez
Quatre années belles à pleurer4 semaines faibles à pleurer
Maigre résuméMaigre résistance
Cartes jouées mais la reine s'est cachéeAttaque lancé mais la défense a fugue
Quatre millions de silences4 millions de cadavres
De regrets qui dansentLes survivants Dansent
Les questions, les soupirs et les sentencesLes blessés, des affronts c’est la sentence
Je préférais ses absencesOn adore leurs absences


Moi j'aurais tant fait pour elleMoi j'ai tant pris d'attaque
Pour boire a son eauQue je ne peut rien faire
Que lui donne l'autre que je n'offrirais ?Qu'on m'amene la def qu'on peut se passer
Elle était mon vent mes ailesCe ne sera pas perdu
Ma vie en plus beauLeurs offs sont en moins
Mais était-elle trop belleMais sont ils trop nul
Ou bien nous trop sots?Ou bien nous trop bon
N'aime-t-on jamais assezNoble t'on jamais assez


Vous étiez ma vie Vous preniez nos vie
Comme la nuit et le jourComme des démons de minuit
Vous deux, nouez, filiez mon parfait amourVous tous partis etiez mon plus chere reve
Un matin vous m'avez condamnée à choisirUn matin vous m'aviez condamner a mourrir
Je ne vous aimais qu'à deuxVous me tuerais vous tous
Je vous laisse, adieuJe vous laisse Adieu
Choisir serait nous trahirMourrir n'est pas trahir


Mais qu'aurait donc cet autre que je n'ai ?Mais comment qu'on a donc fait
Ne le saurai-je jamais ?Pour en prendre autant
La partager me soufflait LuciferTous les venger me soufflait lucifer
Depuis je rêve d'enferOn les envoie en Enfer




Une autre parodie est répertoriée pour Quatre mots sur un piano de Jean-Jacques Goldman :





Quelques parodies parmi prises au hasard :