Tourista (Quand je chie dans les prés)

Auteur : Korg
parodie de Automne (Cochiques dans prés) de Jacques Douai
    


Colchiques dans les prés fleurissent, fleurissent,Quand je chie dans les prés, je drisse, je drisse,
Colchiques dans les prés : c'est la fin de l'été.Quand je chie dans les prés, j'ai jamais de papier.


La feuille d'automne emportée par le vent,La feuille de journal, apportée par le vent,
En ronde monotone tombe en tourbillonnant.Je m' écorche le cul en m' essuyant.


Châtaignes dans les bois se fendent, se fendent,Coliques dans les bois, la chiasse, la chiasse,
Châtaignes dans les bois se fendent sous les pas.Coliques dans les bois, mon ventre grouille de caca.




Nuages dans le ciel s'étirent, s'étirent,Mon anus artificiel, s'étire, s'étire,
Nuages dans le ciel s'étirent commme une aile.Mon anus artificiel, se tire à tire d'aile.




Et ce chant dans mon cœur murmure, murmure,Et je crie : oh malheur!, fistule, fistule,
Et ce chant dans mon cœur appelle le bonheurEt je crie 'oh malheur!', je chie dans la douleur.




Un petit grain de sable, si frêle, si frêle,Et ce tout petit étron, d' pucelle, d' pucelle,
Un petit grain de sable et s'envole mes rêves.Et ce tout petit étron, m'a déchiré le fion.




La feuille d'automne emportée par le ventLa feuille de journal, apportée par le vent,
En ronde monotone tombe en tourbillonnant.Sur la merde tombe en tour bi llon nant.




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Automne (Cochiques dans prés) de Jacques Douai.





Quelques parodies parmi prises au hasard :