A l'ombre

Auteur : Paradoxale 36
parodie de A l'ombre de Mylène Farmer
Date : 2013
    


L'onde est si calmeL'ombre qui me gagne
Un présage d'automneNe m'épargne, me rogne
Là, la peur s'engageLas ! L'aïeul en marge
Sur mon visageComme une charge
Le doute frissonneMe coûte une somme !
Suis-je faite pour les rêves ? D'une voix faiblePuis-je avoir un glaive pour une trêve
Dis-moi de ne plus êtreLe choix de ma retraite !


A l'ombre, risquer de n'être personneA l'ombre, logés, nourris, c'est énorme
L'on se cache et l'on se cogneOn nous soigne, on nous bichonne
A l'ombre, on se coupe de soi-mêmeA l'ombre, on se coupe du système
On s'arrache ainsi au cielJe ne veux pas faire appel !
A l'ombre, et sentir que l'on se lâcheA l'ombre, faire délit pour une place
Que rien ni personne ne sacheOn n'hésite plus, on se lâche
Quand la nuit tombeL'ânerie inonde
Las de cette vie trop brèveL'arbre qui n'a plus de sève
On devient l'ombre de soi-mêmeOn devient démon de soi-même !


L'âme est la lumièreL'arme d'un grand-mère
Mais l'âme erreAux larmes d'air
Sur tous les cheminsEt qui n'attends plus rien !
Mon cœur se fermeDes heures si ternes
Le diable harcèleSeule, sans lumière
Mes lendemains ! Et làDans un recoin et l'acte
Sous les érablesLe plus minable
Le froid se cabreTrouve une place, un toit
Mais toi, dis-moi de ne pas êtreDis-moi, c'est un peu bête !


A l'ombre, risquer de n'être personneA l'ombre, risquer pour être une personne
L'on se cache et l'on se cognePlus de tâches, ni de besognes
A l'ombre, on se coupe de soi-mêmeA l'ombre, je n'aurai plus de problème
On s'arrache ainsi au cielPour payer ma note d'hôtel !
A l'ombre, et sentir que l'on se lâcheA l'ombre, je suis bien, je me prélasse
Que rien ni personne ne sacheC'est le moins cher des palaces !
Quand la nuit tombeMa vie est ronde
Las de cette vie trop brèveGarde qui veille sur ma trève
On devient l'ombre de soi-mêmeMais à l'ombre, ma vie s'achève !




Une autre parodie est répertoriée pour A l'ombre de Mylène Farmer :





Quelques parodies parmi prises au hasard :