Elle suce son pouce

Auteur : Paradoxale 36
parodie de Pourvu qu'elles soient douces de Mylène Farmer
    



Ton regard obliqueAvec ce regard oblique,
En rien n´est lubriqueUn brin atypique,
Ta maman t´a trop fesséElle descend tes préjugés
Ton goût tu reversLes recours dentaires
N´a rien de perversNe sont tes affaires…
Et ton bébé n´est pas fachéEvincés… les indiscrets !
Ton kamasutraElle n’a de combat,
A bien cent ans d´âgeCe bien la soulage
Mon Dieu que c´est démodéC’est mieux dans un coin discret !
Le nec plus ultraDans son pyjama,
En ce paysageEvite l’outrage
C´est d´aimer les deux côtésL’accusée est agacée !


Ta majestéEt ce doigté
Jamais ne te déplaces !Paraît comme une audace,
Sans ton petit oreillerL’ineptie est méprisée !
A jamais je suisElle n’aura jamais
Ton unique classeCette unique grâce
Tout n´est que prix à payerTout est reflet du bébé !


Tu fais Ah! des Oh !Il fait déjà dodo
Derrière ton ouvrageCe cher enfant sage
Quand mon petit pantalonComme avertit le dicton !
Debout et de dosDessous ce défaut
Sans perdre courageQui te fait ombrage
Dénude tes obsessionsC’est une prude frustration !


Tu t´entêtes à te foutre de toutTu l’embêtes et lui pompes l’air,
Mais pourvu qu´elles soient doucesC’est ambigu, elle suce son pouce !
D´un poète tu n´as que la lune en têteC’est en cachette que son geste se répète,
De mes rondeurs tu es K.O.!Elle est majeure, c’est rigolo !
Tu t´entêtes à te foutre de toutTu l’embêtes et lui pompes l’air,
Mais pourvu qu´elles soient doucesQuelle incongrue, elle suce son pouce !
D´un esthète tu n´as gardé qu´un air bête...C’est obsolète la fumée de cigarettes
Tout est beau si c´est Vue de dos !Vois plutôt ce candide tableau !


Prose ou poésieOse l’ironie
Tout n´est que prétexteAvec ses complexes
Pas la peine de t´excuserC’est sa peine pour s’imposer
Muse au égérieUse de facéties
Mes petites fessesAfin qu’on lui laisse
Ne cessent de t´inspirerCe sorbet de panacées!
Je fais des Ah! des Oh !Elle fait déjà dodo !
Jamais ne me lasseAu fond, elle se lasse
Par amour pour un toquéDes recours à inventer !
Ne faut-il pas que jeunesse se passeLes écarts sont richesses de menaces
A quoi bon se bousculer ?A quoi bon se justifier !




Une autre parodie est répertoriée pour Pourvu qu'elles soient douces de Mylène Farmer :





Quelques parodies parmi prises au hasard :