Psychanalise-moi

Auteur : Paradoxale 36
parodie de Optimistique-moi de Mylène Farmer
    


Je me fous de tes détressesJe désavoue mes ivresses,
comme de tout et comme du reste...”Elles masquent tant de faiblesses :
C’est ça, le temps qui passeC’est ça, le plus cocasse.
“Je me fous de tes angoissesJe désavoue mes angoisses,
Elles m’ont nourrie mais me lassent...”Me retrouve dans l’impasse :
C’est ça, le temps qui passeC’est là, que le bas blesse.


“Je fais fi de tes “je t’aime”,J’ai le vice dans les veines,
Ils sont des cris qui m’enchainent...”La débauche me gangrène…
C’est ça l’amourJ’ai le recours…
C’est quoi l’amour ?D’un « au-secours »…
Tu ne vis pas c’est morbide”Je suis comme l’invalide,
En somme, je suis pathétique,Privée de gestes rapides…
C’est ça l’amourMes  « au-secours »
Papa n’était pas comme ça, quand...Partent en fumée sans espoir…quand


Il disait tout bas :Dans mes petits pas
Petit bouton de rose,Ou il y a « je n’ose »
aux pétales humides,Mes sourires humides,
un baiser je dépose”Antre d’ecchymoses…
Optimistique-moi, PapaPsychanalyse-moi, c’est ça…
Optimistique-moi, quand j’ai froidPsychanalyse-moi, c’est en moi.


Je me dis, tout basJe descends si bas
Quand rien ne s’interpose,Quand l’orgie me rend chose.
Qu’aussitôt, tes câlinsQuand le rideau tombe,
Cessent toute ecchymoseD’un coup, je m’hypnose.
Optimistique-moi, PapaPsychanalyse-moi, c’est ça…
Optimistique-moi, reviens-moi...Psychanalyse-moi, c’est en moi.


“Tu te fous de mes ténèbresJe désavoue mes complexes,
comme de tout, et comme du reste...”Les échecs qui m’oppressent,
C’est ça, le temps qui passeMaintes fois, je ressasse.
“Fais fi des signes du cielEt je m’ennuie sans mes ailes,
seuls les faits, sont ton bréviaire...”De ce vole artificiel :
C’est ça, le temps qui passeC’est la méprise, hélas !
Tu dis : ”assez des histoiresJe nie mon intempérance,
Ton passé est préhistoire...”Mon passé est indécence.
C’est ça l’amourJ’ai le recours…
C’est quoi l’amour ?D’un «  au-secours »
Crucifie-moi Ponce PilateJ’occasionne le scandale,
Noie-toi dans l’eau écarlateSortez-moi de ce dédale.
L’amour est loinLe seul recours,
Papa était plus malin, quand...A part moi, qui peut savoir…quand


Il disait tout bas :Dans mes petits pas
Petit bouton de rose,Ou il y a « je n’ose »
aux pétales humides,Mes sourires humides,
un baiser je dépose”Antre d’ecchymoses…
Optimistique-moi, PapaPsychanalyse-moi, c’est ça…
Optimistique-moi, quand j’ai froidPsychanalyse-moi, c’est en moi.


Je me dis, tout basJe descends si bas
Quand rien ne s’interpose,Quand l’orgie me rend chose.
Qu’aussitôt, tes câlinsQuand le rideau tombe,
Cessent toute ecchymoseD’un coup, je m’hypnose.
Optimistique-moi, PapaPsychanalyse-moi, c’est ça…
Optimistique-moi, reviens-moi...Psychanalyse-moi, c’est en moi.




Une autre parodie est répertoriée pour Optimistique-moi de Mylène Farmer :





Quelques parodies parmi prises au hasard :