L'innocent

Auteur : Paradoxale 36
parodie de Et pourtant de Mylène Farmer
    


Quand les songesQuand, quand mensonges
M'ont réveilléeSont meurtriers…
Quand on n'ose pasQuand, quand on ose le pas
CrierDe tuer …


Quelque chose au bout du moi« Je suppose » nourrit débats :
Qui me fait malQui est coupable ?
Mais tes lèvres ont fait de moiC’est l’affaire de tous médias !
Un éclat... de toiEtat de combat….


Et pourtantEprouvant
Le jour s'est couchéCe jour mutilé
Pour éteindre le mondePour atteindre l’immonde.
Et pourtantCruellement,
L'amour est courtCe jour est court…..
D'innocent,L’innocent
J'entrevoyais le cheminEntrevoyait le chemin
Qui mène à l'ombreQui mène à l’ombre…
Et pourtantSuffocant,
L'amour toujoursSes cris sont sourds….


Si les rosesSi, si moroses
Etaient si belles... fleuriesSont les séquelles, survie….
Rien de graveComme l’épave
Elles n'ont pas su... l'épineQue l’on délaisse à la ruine….


L'improbable silhouetteD’accusables silhouettes
Qui s'avanceEn décadence
Imprévue dans ce silenceDevenues sous l’influence
Qui guette une absenceSuspectes d’ apparences


Là, pourtantAffligeant
Le jour s'est levéCe jour tourmenté
Pour éclairer le mondePour dépeindre l’immonde !
Comme avantLentement,
L'amour est ondeCe jour inonde...
D'innocent,L’innocent,
J'entrevoyais le cheminEntre procès et chagrin,
Qui mène aux ombresVies ternes qui sombrent
Et pourtantEcoutant
L'amour est combleLes bruits qui comblent !






Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Et pourtant de Mylène Farmer.





Quelques parodies parmi prises au hasard :