La crêve

Auteur : Paradoxale 36
parodie de Tempête d'Alizée
    


Brume, le jour se lèveRhume, j’ai de la fièvre
Ombre et tempêteBourdonne ma tête
Il s’ennuiJ’ suis au lit !
Elle, la Sainte Hélène qui sait sa fièvreFrêle, j’ai la migraine, mauvaise haleine
Lui dit :Aussi !
Rêve d’un autre rêve, d’une île d’ElbeBlême, j’ai un problème, faut que je gerbe
Ton amieAu plus vite !
C’est ta sève, accours vers celleJ’ai des cernes, c’est une sale crève
Qui t’es fidèle et puis t’oublie !J’ respire à peine, l’ corps bouilli !


En amourJe dérouille
Compter les batailles qui t’ont fait malTousser me tiraille, ça me fait mal
Plus d’amourÇa m’ barbouille
Tous les équipages ont pris le largeRien ne me soulage, je suis en nage
Pauvre amourEt je souffre
Je cueille ta fierté qui s’est blesséeJe n’ peux avaler les comprimés
Oh ! amourÇa m’étouffe !
Faut-il que ton deuil dure des annéesDes gouttes dans le nez pour déboucher
Pour aimer !Rien y fait !


Aigle, le jour s’élèveCrève, saleté de crève
Qui te célèbreTout me débecte
C’est ainsiJe survie !
Elle, la belle Hélène, rejoint la terre des mauditsSèche, le gorge rêche, la toux me perce poitrine
L’ogre git sous l’écorce, mais dans sa poche un…Morve jaillit, m’écorche, je perds mes forces,
Lourd secretFracassée !
C’est lui l’homme qui se mélangePas en forme, j’ai mal au ventre
Aux pluies de cendres, que j’aimais..Tout ce que j’ mange est rej’ té !






Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Tempête d'Alizée.





Quelques parodies parmi prises au hasard :