Ceux qui ne suivent pas ont toujours tort

Auteur : Paradoxale 36
parodie de Ce qui ne tue pas nous rend plus fort de Johnny Hallyday
    


J’ai toujours caché mes blessuresUn parcours fléché nous rassure
A tous les vautours qui me guettentDans les détours, l’on se perd
J’ai payé très cher les facturesLa société règle l’allure
De mes défis, de mes défaitesC’est un trafic de marionnettes


On m’a souvent laissé pour mortOn est souvent pressé d’efforts
Mais mon cœur cassé bat encoreQue les compteurs soient en accord
Les coups au cœur, les coups au corpsCoupez les vapeurs de l’essor
Ce qui ne tue pas nous rend plus fortCeux qui n’ suivent pas ont toujours tort


J’ai toujours caché mes regretsUn parcours borné de décrets
Jamais de signal de détresseLe marginal reste en retrait
Et souvent quand, je titubaisNe prenant le même trajet
C’était de douleur, pas d’ivresseDevient déserteur délaissé


Quand va devant l’attrait de l’or

On passe à côté de trésors

Redouble valeur du confort

Imbu de soit dans ce décor



Souvent écrasé de remords

Quand le chauffeur est au point mort

La route des mœurs est incolore

L’individu formate rapports







Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Ce qui ne tue pas nous rend plus fort de Johnny Hallyday.





Quelques parodies parmi prises au hasard :