Le chemin sans horizon

Auteur : Paradoxale 36
parodie de La vie par procuration de Jean-Jacques Goldman
    


Elle met du vieux pain sur son balconQuitter ce chemin sans horizon
Pour attirer les moineaux, les pigeonsPour éviter les cahots des passions
Elle vit sa vie par procurationElle vit au prix de son ambition
Devant son poste de télévisionMais ne supporte plus les commotions


Levée sans réveilQuitter ce soleil
Avec le soleilEt se faire belle
Sans bruit, sans angoisseElle dévie la poisse
La journée se passeArmée d’une audace
Repasser, poussièreEt vogue galère
Y’a toujours à faireToujours solitaire
Repas solitairesY-aura la lumière
En points de repèreEn point de repère


La maison si netteMais dans sa conquête
Qu’elle en est suspecteEssuie des tempêtes
Comme tous ces endroitsPourtant se noiera
Où l’on ne vit pasAu fond de cette voie
Les êtres ont cédéUn être adulé
Perdu la bagarreMais dans le brouillard
Les choses ont gagnéLa rose s’est fanée
C’est leur territoireAu grand désespoir


Le temps qui nous casseL’accent fait sa classe
Ne la change pasPimente sa voix
Les vivants se fanentLe nombre de fans
Mais les ombres, pasNe la comblera
Tout va, tout fonctionneLa diva se donne
Sans but, sans pourquoiSe bute à ses choix
D’hiver en automneS’enchaîne aux fantômes
Ni fièvre, ni froidSe crève à la gloire


Elle met du vieux pain sur son balconQuitter le chemin sans horizon
Pour attirer les moineaux, les pigeonsPour éviter les cahots des passions
Elle vit sa vie par procurationElle vit au prix de son ambition
Devant son poste de télévisionMais ne supporte plus les commotions
Elle apprend dans la presse à scandaleSes amants la laisse dans ce dédale
La vie des autres qui s’étaleElle vit sans l’autre qui se damne
Mais finalement de moins pire en banalMais tristement le destin en spirale
Elle finira par trouver ça normalElle ne verra que soluté finale
Elle met du vieux pain sur son balconQuitter le chemin sans horizon
Pour attirer les moineaux, les pigeonsPour éviter les cahots des passions


Des crèmes et des bainsL’emmène le chagrin
Qui font la peau douceAux fond des eaux troubles
Mais ça fait bien loin Un vent incertain(AA)
Que personne ne la toucheCambriole sa couche(AB)
Des mois, des annéesSournois et secrets
Sans personne à aimerDes symptômes cachés
Et jour après jourN’y aura secours
L’oubli de l’amourL’exil sans retour


Ses rêves et désirsSes rêves dérivent
Si sages et possiblesAu large stérile
Sans cri, sans délireElle quitte le navire
Sans inadmissibleLa houle est pénible
Sur dix ou vingt pagesL’esprit en naufrage
De photos banalesPrend l’eau le moral
Bilan sans mystèreBilan de mystère
D’années sans lumièrePasse la frontière


Elle met du vieux pain sur son balconQuitter le chemin sans horizon
Pour attirer les moineaux, les pigeonsPour éviter les cahots des passions
Elle vit sa vie par procurationElle vit dans l’esprit de confusions
Devant son poste de télévisionElle ouvre une porte et se prend une option
Elle apprend dans la presse à scandaleSes amants la laisse dans ce dédale
La vie des autres qui s’étaleElle vit sans l’autre qui se damne
Mais finalement de moins pire en banalMais tristement le destin en spirale
Elle finira par trouver ça normalElle ne verra qu’une solution finale
Elle met du vieux pain sur son balconQuitter le chemin sans horizon
Pour attirer les moineaux, les pigeonsPour éviter les cahots des passions




Liste des 4 autres parodies répertoriées pour La vie par procuration de Jean-Jacques Goldman :





Quelques parodies parmi prises au hasard :