Sous un signe

Auteur : Paradoxale 36
parodie de Il suffira d'un signe de Jean-Jacques Goldman
    


Il suffira d’un signe, un matinFleurira sous un signe, un destin
Un matin tout tranquille et sereinAu jardin prolifique de pépins
Quelque chose d’infime, c’est certainMais les roses s’abîment sans les soins
C’est écrit dans nos livres, en latinIl faut que l’on cultive (au) quotidien


Déchirées nos guenilles de vauriensUn Bélier qui fulmine pour un rien
Les fers à nos chevilles loin bien loinCancer se contamine en commun
Tu ris, mais sois tranquille, un matinLes galaxies dominent les terriens
J’aurai tout ce qui brille dans mes mainsLà-haut, elles illuminent nos chemins


Regarde ma vie tu la vois face à faceSur carte génétique, les étoiles se déplacent
Dis-moi ton avis, que veux tu que j’y fasseLa voie est circonscrite, que veux-tu qu’on y fasse
Nous n’avons plus que ça au bout de notre impasseCaprices d’une bête à cornes au caractère tenace
Le moment viendra, tout changera de placeEt balancera, le dixième mois qui change de place


L’acier qui nous mutile du satinCe taureau bien solide et gardien
Nos blessures inutiles au lointainS’adapte le dernier sage au prochain
Nous ferons de nos grilles, des cheminsLe Poisson se faufile, incertain
Nous changerons nos villes en jardinsLe Scorpion, lui esquive, mais se pince


Et tu verras les filles, oh oui, tu verras bienLes astres nous consignent sur les lignes de la main
Auront les yeux qui brillent, ce matinLes Lions dorment et rugissent, c’est d’instinct
Plus de faim, de fatigue, des festinsMais Verse l’eau, irrigue tes desseins
De miel et de vanille et de vin…Les Vierges infertiles de malsain


Déchirées nos guenilles de vauriensLes éléments indiquent notre lien
Les fers à nos chevilles loin bien loinStellaires sont les signes ou bien divins
Tu ris, mais sois tranquille, un matinLes galaxies s’alignent sur un point
J’aurai tout ce qui brille dans mes mainsSitôt, elles nous désignent les chemins


L’acier qui nous mutile du satinLes Gémeaux s’équilibrent, ne font qu’un
Nos blessures inutiles au lointainUne douzaine d’insignes bien trop loin
Nous ferons de nos grilles, des cheminsLes Lions pavanent, exhibent leurs beau crins
Nous changerons nos villes en jardinsEt le Scorpion fatigue hors terrain


Il suffira d’un signe, un matinNe tiendra que d’un fil, le destin
Un matin tout tranquille et sereinLe filin est cosmique, aérien
Quelque chose d’infime, c’est certainQuelque chose détermine, c’est certain
C’est écrit dans nos livres, en latiny-a que la marche à suivre du pantin




Liste des 2 autres parodies répertoriées pour Il suffira d'un signe de Jean-Jacques Goldman :





Quelques parodies parmi prises au hasard :