Pas de chance

Auteur : Paradoxale 36
parodie de C'est ta chance de Jean-Jacques Goldman
    


Il faudra que tu sois doucePas de voie dans cette course
Et solitaire aussiEt la misère me suit
Il te faudra gagner pouce à pouceJe n’attends pas gagner coup de pouce
Les oublis de la vieJe survis dans l’oubli !
Oh, tu seras jamais la reine du balOh ! en proie dans cette senne du mal
Vers qui se tournent les yeux éblouisJe prie souvent ce bon Dieu étourdi
Pour que tu sois bellePour que ma joie revienne
Il faudra que tu le deviennesFaut que j’éponge mes peines
Puisque tu n’est pas née jolieQuitte à récurer mon esprit


Il faudra que tu apprennesPas le choix dans cette arène
A perdre, a encaisserJe perds ma dignité
Tout ce que le sort ne t’a pas donnéTous ces efforts que je n’aurai pas fait
Tu le prendras toi-mêmeUn combat de problèmes
Oh, rien ne sera jamais facileEt au sein de cette jungle hostile
Il y aura des moments mauditsScélérats revendent les bandits
Oui, mais chaque victoire ne sera que la tienneSi m’échappe l’espoir, que mes choix me reviennent
Et toi seule en sauras le prixEt moi seul en payera le prix


C’est ta chance, le cadeau de ta naissancePas de chance, le fardeau des conséquences
Y’a tant d’envies, tant de rêves qui naissent d’une vraie souffranceJ’ai perdu vie, tous mes rêves, mes faiblesses m’enchaînent à des souffrances
Qui te lance et te soutientDéfaillance du soutien
C’est ta chance, ton appétit, ton essencePas de chance, d’amis et de références
La blessure où tu viendras puiser la force et l’impertinenceUn futur sans joie, privé de projets, de force, d’outrecuidance
Qui t’avance un peu plus loin !Dans l’errance du malsain


Toi, t’es pas très catholiqueMon étoile est maléfique
Et t’as une drôle de peauEloigne le pôle du beau
Chez toi, les fées, soit-disant magiquesPourquoi, les fées, soit disant magique
Ont loupé ton berceauOnt loupé mon berceau
Oh, tu seras sûrement jamais notaireM’ déçois pourtant mais ne sais que faire
Pas de privilège héritéL’ sortilège m’a déshérité
Et si t’as pas les papiers pour être fonctionnaireJe crois que fatalité ne peut être à refaire
Tout seul, apprends à fonctionnerL’épreuve, châtiment du passé


C’est ta chance, ta force, ta dissonancePas de chance, les offres sont manigances
Faudra remplacer tous les « pas de chance »Faudra remplacer toutes mes préférences
Par de l’intelligencePar de la suffisance 
C’est ta chance, pas le choixPas de chance, pas le choix
C’est ta chance, la source, la dissidenceLa malchance me pousse dans l’impuissance
Toujours prouver deux fois plus que les autresL’amour rayé par l’effroi, par les autres
Assoupis d’évidenceLe mépris, la méfiance
Ta puissance naîtra làDécadence naîtra là




Une autre parodie est répertoriée pour C'est ta chance de Jean-Jacques Goldman :





Quelques parodies parmi prises au hasard :