Pour toi

Auteur : Paradoxale 36
parodie de Là-bas de Jean-Jacques Goldman
    


Là-basJe crois
Tout est neuf et tout est sauvageQue l’étoffe de ce grand sage
Libre continent sans grillageBride sentiments du partage
Ici, nos rêves sont étroitsLe gris te donne un air si froid
C’est pour ça que j’irai là-basSe fourvoie l’essentiel en toi


Là-basJe vois
Faut du cœur et faut du courageDans ton cœur un peu trop sauvage
Mais tout est possible à mon âgeDessous une infaillible image
Si tu as la force et la foiComme la force d’un grand roi
L’or est à portée de tes doigtsUne sobriété dans tes choix
C’est pour ça que j’irai là-basFont de toi un modèle de poids


N’y va pasMaladroit
Y’a des tempêtes et des naufragesDans tes gestes, dans ton langage
Le feu, les diables et les miragesLe raisonnable fait barrage
Je te sais si fragile parfoisTu paraîs insensible parfois
Reste au creux de moiPresque un peu sournois


On a tant d’amour à faireLa distance d’un solitaire
Tant de bonheur à venirDes valeurs à soutenir
Je te veux mari et pèreLe sérieux semblant austère
Et toi, tu rêves de partirConvoient une grève de plaisirs


Ici, tout est joué d’avanceL’esprit noué de défiance
Et l’on n’y peut rien changerDans un instinct réfréné
Tout dépend de ta naissanceTu répands cette confiance
Et moi je ne suis pas bien néTu plaides la voie de l’équité


Là-basJe vois
Loin de nos vies, de nos villageComme un guide dans les usages
J’oublierai ta voix, ton visageJ’avance droit dans ton sillage
J’ai beau te serrer dans mes brasJ’ai trop passé loin de tes bras
Tu m’échappes déjà là-basNe s’échappe l’émoi de toi


J’aurai ma chance, j’aurai mes droitsCe que tu penses, je ne le sais pas
N’y va pasDis-le moi
Et la fierté qu’ici, je n’ai pasComme un secret enfouit, inavouable
Là-basPourquoi ?
Tout ce que tu mérites est à toiOutre des principes, il y a
N’y va pasReliquat
Ici, les autres imposent leur loiL’avis de l’autre ne t’atteint pas
Là-basJe crois
Je te perdrai peut-être là-basMais sous tes airs de maître, je vois
N’y va pasNie-le pas
Je me perds, si je reste làL’amour d’un père qui veille mes pas
Là-basParfois
La vie ne m’a pas laissé le choixSous une éthique à l’étroit
N’y va pasIl y a
Toi et moi, ce sera là-bas ou pasUne paroi entre toi et moi
Là-basFaçade
Tout est neuf et tout est sauvageCette pudeur retient en otage
N’y va pasEn toi
Libre continent sans grillageMille silences impénétrables
Là-basConvoie
Beau comme on n’imagine pasMots que l’on achemine à toi
N’y va pasAvouables
Ici, même nos rêves sont étroitsL’écrit pondère mes faiblesses dans l’impasse
Là-basSe noie
C’est pour ça que j’irai là-basL’insondable tendresse en toi
N’y va pasEn panne
On ne m’a pas laissé le choixQu’on ne t’a pas donné, je crois
N’y va pasAutrefois
Je me perds si je reste làJe suis fière d’hériter de toi
N’y va pasToutefois
C’est pour ça que j’irai là-basD’une morale honorable, je crois
N’y va pas




Liste des 4 autres parodies répertoriées pour Là-bas de Jean-Jacques Goldman :





Quelques parodies parmi prises au hasard :