L'appétence

Auteur : Paradoxale 36
parodie de Tombé pour la France d'Etienne Daho
    


Be bop, pieds nus sous la luneBe bop, l’excès de rancune
Sans foi, ni toit, ni fortuneMe noie parfois dans l’écume
Je passe mon temps à faire n’importe quoiD’un océan de l’amer émoi
Sur les pistes, noires de préférenceEt m’attriste d’ voire concupiscence
Quand le démon de la danseComme un démon, une transe
Me prends le corps, je fais n’importe quoiPrenant mon corps qui dénote l’effroi
J’en sais rienTu l’ sais bien !


Sur un jerk électroniqueIncorrecte cette pratique
Se font les amours ludiquesQui contourne les lois pudiques
Be, bop, la vie fait n’importe quoiBe, bop, l’esprit fait n’importe quoi
C’est la fêteTe pénètre
C’est psychédéliqueL’envie diabolique
Me demande pas c’que j’fabriqueD’entreprendre démarches lubriques
Je te répondrais n’importe quoiJe t’évitais dans n’importe quel cas
J’en sais rienTu l’ sais bien !


Dum di la, je m’étourdis, ça ne suffit pasDum di la, et cet ami ne se méfie pas
A me faire oublier que t’ai plus làDu frère adoré qu’il adopta
J’ai gardé cette photo sur moi, ce photomaton que t’aimais pasParticulier, ce trio de choix, ce trio qu’on formait autrefois
Si tu reviens, n’attends pas qu’au bout d’une corde, mon corps balanceIl advient l’infraction qui déroute les codes de confiance


Be bop, pieds nus sous la luneBe bop, l’attrait te consume
Sans foi, ni toi, ni personneTout ton état déraisonne
Je crois bien que je ferais n’importe quoiT’octroie le droit d’ faire n’importe quoi
Pour te voir cinq minutes encoreTes espoirs s’acculent, s’évaporent
A Sables d’or, près des dunesEt ce rapport m’importune
Je te raconterai n’importe quoiTu n’endurais plus ce mal sournois
Ce sera bienJe l’ sais bien !


Dum di la, je m’étourdis, ça ne suffit pasDum di la, je t’avais dit qu’ je ne t’aimais pas
A me faire oublier que t’ai plus làMe faire oublier, ne t’empêchera
J’ai gardé cette photo sur moi, ce photomaton que t’aimais pasT’as flatté tout mon ego, je crois, cet ego droit que tu blesseras
Si tu reviens, n’attends pas que je sois tombé pour la FranceJe deviens une proie traquée, rattrapée de constance


Pour te voir cinq minutes encorePercevoir une insulte à tort
A Sables d’or, près des dunesDans un élan d’amertume
Je te raconterai n’importe quoiPersécutait trois sorts à la fois
Ce sera bienTu l’ sais bien !


Dum di la, je m’étourdis, ça ne suffit pasDum di la, je t’éconduis, ça ne suffira
A me faire oublier que t’ai plus làA t’éloigner, c’est plus fort que toi
J’ai gardé cette photo sur moi, ce photomaton que t’aimais pasJ’ai désiré un duo sans toi, ce duo que tu n’ acceptais pas
Si tu reviens, n’attends pas que je sois tombé pour la FranceIl advient l’attentat dans un tel état d’appétence




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Tombé pour la France d'Etienne Daho.





Quelques parodies parmi prises au hasard :