Père-noël

Auteur : Paradoxale 36
parodie de Gabrielle de Johnny Hallyday
    


Gabrielle, tu brûles mon espritPère-Noël, crédule, j’ai envie
Ton amour étrangle ma vieDe croire à cette étrange comédie
Et l’enfer, devient comme un espoirSur la terre, tu viens comme de nul part
Car dans tes mains je meurs chaque soirPour faire le bien, combler les espoirs
Je veux partager autre chose que l’amour dans ton litOh, je veux par millier de belles choses tous les jours de ma vie
Et entendre la vie et ne plus m’essouffler sous tes crisEt attendre minuit pour voir si mes souliers sont garnis
Oh fini… fini pour moiOh, j’ t’écris une dernière fois
Je ne veux plus voir mon image dans tes yeuxJe vais devoir être sage pour te voir un peu


Dix ans de chaînes sans voir le jourDix ans à peine sans voir le bout
C’était ma peine forçat de l’amourT’ ton nez, tes rennes, tes pas dans la cour
Et bonne chance, à celui qui veut ma place, oui ma placeMon innocence s’est évanouie sur ta trace, ta trace
Dix ans de chaîne sans voir le jourDix ans à peine sans voir le bout
C’était ma peine forçat de l’amourD’ ton nez, tes rennes, tes pas dans la cour
J’ai refusé, mourir d’amour enchaînéJ’ai beau ruser, l’énigme toujours bien gardée


Gabrielle, tu flottes dans mon cœurPère-Noël, ta hotte de bonheur
C’est une illusion de douceurEst une illusion de douceur
Et tu chantes, c’est la voix d’une enfantTu enchantes les histoires pour enfants
Avec laquelle tu glaces mon sangTu ensorcelles les âmes des grands
Je veux t’expliquer tu confonds et le jour et la nuitOh, je veux commander à foison de l’amour, des amis
Je veux t’approcher, mais tu tournes le dos, tu t’enfuisTu peux m’apporter le succès, une fortune, tout c’ qui brille
Oh sais-tu vraiment ce que tu veux faire ?Oh, es-tu vraiment dans notre imaginaire
Je ne serai plus esclave de ta chairEt dans ton traîneau, tu braves les millénaires


Dix ans de chaînes sans voir le jourDix ans à peine sans voir le bout
C’était ma peine forçat de l’amourT’ ton nez, tes rennes, tes pas dans la cour
Et bonne chance, à celui qui veut ma place, oui ma placeMon innocence s’est évanouie sur ta trace, ta trace
Dix ans de chaîne sans voir le jourDix ans à peine sans voir le bout
C’était ma peine forçat de l’amourD’ ton nez, tes rennes, tes pas dans la cour
J’ai refusé, mourir d’amour enchaînéJ’ai beau ruser, l’énigme toujours conservée




Liste des 2 autres parodies répertoriées pour Gabrielle de Johnny Hallyday :





Quelques parodies parmi prises au hasard :