Elle était là

Auteur : J.C. Scribe
parodie de La prière de Georges Brassens
Date : 1 avril 2017
    



Ça en faisait des jours, et des nuits, et des mois
Que j'espérais l'instant où je pourrais serrer,
Heureux à en crier, heureux à en pleurer,
Ce tout petit paquet d'amour tout contre moi,
Ça en faisait des jours, ça en faisait des mois,
Que j'espérais l'instant,

J'avais tourné en vain, de toutes les façons,
Des mots doux et sucrés dans mon esprit troublé
Sans jamais parvenir à bien les assembler
Pour en faire au final une jolie chanson,
J'avais tourné en vain, de toutes les façons,
Des mots doux et sucrés,

J'avais imaginé cent fois cette rencontre,
Cent fois, peut-être mille, et quand c'est arrivé
Je me croyais encore en train de la rêver :
Mais Nina était là, sur mon cœur, là, tout contre !
J'avais imaginé cent fois cette rencontre,
Cent fois, peut-être mille

Et moi j'étais ailleurs, au pays des merveilles,
Dans un autre univers, embrassant à l'envi
L'enfant qui conjuguait la force de la vie
Et la fragilité d'une fleur qui s'éveille
Oui, moi j'étais ailleurs, au pays des merveille,
Dans un autre univers,

Jamais je n'ai connu plus belle fin d'automne
Qu'en ce petit matin où il faisait si bon
Sous un ciel éclairci par du rose bonbon
Qui le rendait soudain beaucoup moins monotone,
Jamais je n'ai connu plus belle fin d'automne
Qu'en ce petit matin,

Je n'ai pas regardé mon fils ensoleillé,
Transporté de bonheur, et fier d'être papa,
Souriant face à nous, car je ne voulais pas
Qu'il voit que le papy avait les yeux mouillés.
Je n'ai pas regardé mon fils ensoleillé,
Transporté de bonheur.

Les précisions de l'auteur sur cette parodie :

C'est ma plus belle chanson d'amour pour une des plus belles premières rencontres de ma vie.




Une autre parodie est répertoriée pour La prière de Georges Brassens :





Quelques parodies parmi prises au hasard :