Les lubies de Fillon

Auteur : J.C. Scribe
parodie de Les remparts de Varsovie de Jacques Brel
Date : 3 mars 2017
    



Fillon est convaincu que des gens ont encore envie
De croire que Penny a bien bossé toute sa vie,
En coulisses, dans l'ombre, et à Sablé, et à Paris,
Discrète comme une souris,

Fillon quand on le daube sur le pognon qu'il a pris,
Réplique alors aux gens qu'ils n'ont strictement rien compris,
Et nous prend pour des cons, vraiment pour des peigne-zizis
Comme l'avait fait Sarkozy,

Alors pourquoi, bien moins flambards, ses potes font dans leur falzar ?

Fillon se victimise et insiste sur les souffrances
Qui lui sont infligées dans toutes les villes de France,
En demandant de ne pas accorder trop d'importance
A tous ces manants qui le tancent,

Fillon gonflé dit de Penny, et non sans éloquence,
Que c'est un être cher, et donc que c'est en conséquence,
Qu'il payait au prix fort l'art d'apporter son assistance
Tout en conservant ses distances,

Alors pourquoi, bien moins flambards, ses potes font dans leur falzar ?

Fillon assure aussi qu'il ne courbera pas l'échine
Ni sous les quolibets, ni sous le poids de la machine
Judiciaire en folie, c'est du moins ce qu'il nous serine
A l'instar de dame Marine,

Fillon ne comprend pas du tout pourquoi on le débine,
Pour lui il n'y a pas de malaise dans ses combines,
Puisque tous les élus casent aussi leur légitime
Leurs gamins, et autres intimes,

Alors pourquoi, bien moins flambards, ses potes font dans leur falzar ?

Fillon hurle j'irai, j'irai au bout j'ai trop rêvé
D'être un jour le Vizir pour qu'on vienne me soulever
La place sous le nez pour avoir pris un peu de blé
Au Sénat et à l'Assemblée

Fillon prétend que les juges qui veulent l'épingler
Sont dirigés par des vilains concurrents aveuglés
Pas la soif du pouvoir, et surtout la cupidité,
Mais qu'il saura leur résister,

Alors pourquoi, bien moins flambards, ses potes font dans leur falzar ?

Fillon s'il continue à grimper dans la connerie,
Il ne va plus tarder à nous dire, je vous parie,
Que Macron est trop jeune, et trop lisse, et bien trop poli,
Ou bien qu'il pisse encore au lit,

Que Hamon, lui n'a pas encore viré sa cutie,
Et que c'est bien pour ça que des membres de son parti
Vont préférer voter pour un client plus endurci
Et qu'il va gagner sans souci,

Alors pourquoi, bien moins flambards, ses potes font dans leur falzar ?

Fillon est convaincu que des gens ont encore envie
De croire que Penny a bien bossé toute sa vie,
Fillon quand on le daube sur le pognon qu'il a pris,
Réplique alors aux gens qu'ils n'ont strictement rien compris,


Fillon se victimise et insiste sur les souffrances
Qui lui sont infligées dans toutes les villes de France,
Et nous prend pour des cons, vraiment pour des peigne-zizis
Comme l'avait fait Sarkozy...

Les précisions de l'auteur sur cette parodie :

La devise de Fillon, "on surveille le guidon et on ne change pas de braquet !" : il ira peut-être dans le mur, mais bon coeur, et si c'est l'essential pour lui alors en avant toute, hihihihi !




Liste des 2 autres parodies répertoriées pour Les remparts de Varsovie de Jacques Brel :





Quelques parodies parmi prises au hasard :