Eux, ces canailles

Auteur : J.C. Scribe
parodie de Il faut que je m'en aille de Graeme Allwright
Date : 23 janvier 2017
    



Tu sais, Julie, Moi Président,
Vu ce qu'ils m'ont mis dans les dents,
Je ne vais pas, juré, promis
Ecouter un seul mot de ces faux amis,

Alors éteins ça et barka,
C'est plus mon truc, c'est leur caca,
Et puis c'est bien eux, ces canailles
Qui se sont arrangés pour que je m'en aille,
Valls et Macron sans s'emmerder,
Ils m'ont trahi, dépossédé,
Alors je n'ai pas de raison
De les aider à entrer dans la "Maison",

On aurait tort, Julie tu vois,
De leur donner aussi nos voix
Puisqu'ils m'ont mis à la ferraille,
Moi Président je me fous bien qu'ils déraillent,

Ils ont cru à leur bonne étoile
Au seul motif que sur la toile
Ils se sont vus encourager
Par quelques couillons du genre enragés,

Ils parlent fort, Julie tu vois,
Mais au vu de ce qu'ils s'envoient
Et des costards qu'ils se retaillent,
Ils vont laisser des plumes dans la bataille,

Ca magouille à tous les étages,
Ca parle gras, fric et partage,
Et moi planté sur un balcon
J'ai bien du mal à distinguer le plus con,
.
Tain, des efforts, il en faudra
Pour ressortir des sales draps
Dans lesquels la gauche en chamaille
Me fait penser à une horrible marmaille,

Et si je les ai dans le nez,
Ces deux là, en fin de tournée
C'est ailleurs qu'ils vont se caler
Leurs ambitions et ça va me consoler,

Julie on sort, allez on va ,
Voir Drucker et fair' la java,
Et peu importe si ça caille
Le sang de tous ces intellos qui rouscaillent !


Les précisions de l'auteur sur cette parodie :

Avis et commentaires ont fusé de partout au lendemain de la primaire de la gauche, et il ne manquait que ceux de "Moi Président", que voici, que voilà, recuillis par votre serviteur, et adaptés sur une musique de Graeme Allwright.




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Il faut que je m'en aille de Graeme Allwright.





Quelques parodies parmi prises au hasard :