J'ai les boules

Auteur : J.C. Scribe
parodie de viens poupoule de Mayol
Date : 26 février 2015
    



Manu le soir, après l'turbin
Quand il est dans son bain,
Invite Anne à jouer un air,
Pour lui calmer les nerfs,
De violon tout doux, tout doux,
Et même plus que doux,
Tandis qu'il ne peut s'empêcher
De répéter, fâché,
Merd' c'est les socialos,
Qui me font des ronds dans l'eau,

J'ai les boules, j'ai les boules, là,
Et comment tu veux qu'on
N'passe pas pour des cons,
Ahhhhhh ! j'ai les boules, j'ai les boules, là,
Mais j'vais les mettre au pas,
Que ça leur plaise ou pas !

C'est sûr que c'est plus qu'embêtant
Ces frondeurs rouspétant,
Je trouve le spectacle exquis,
C'est l'armée d'Bourbaki,
Qui fait autant dans le mélo
Que dans l'méli-mélo :
Anne a beau sortir du Rieux
Manu est fou furieux,
Et il crie, ces salauds,
Ne me font que des vélos,

J'ai les boules, j'ai les boules, là,
Mais j'suis toujours debout,
Et j'irai jusqu'au bout,
Hou ! J'ai les boules, j'ai les boules, là,
Et si on m'y contraint
Je vais botter des trains !

Seul, dans ce bordel affligeant
Qui fait rire les gens
Notre François le bienheureux,
Car toujours amoureux,
Arrive à planer dans l'espace
En attendant qu'ça passe,
Vraiment peinard, piano, piano,
Mais Manu aux fourneaux
Et dehors, et dedans,
Eructe en montrant les dents :

J'ai les boules, j'ai les boules, là,
Ils me font la carrée,
Sarko doit se marrer,
Ah ! J'ai les boules, j'ai les boules, là,
Et puis sur tous les toits
L'gueuler comme un putois,

La loi Macron pour tout son camp
Ca promet du boucan,
Et je ne crois pas qu'on s'ennuie,
Ni le jour, ni la nuit
Au prochain congrès d'l'appareil,
Car ce sera pareil,
D'aucuns vont venir ressasser
Cette adoption forcée,
Et Manu, surement,
Leur redira méchamment,

J'ai les boules, j'ai les boules, là,
Ras le bol des façons
Des donneurs de leçons,
Ah ! J'ai les boules, j'ai les boules, là,
Alors si je le dois
J'vais taper sur des doigts,

Tous ces débats calamiteux
D'un goût plus que douteux
C'est le théâtre de guignol,
Ubuesque et croquignol,
Jamais notre pauvre Assemblée
N'a autant ressemblé
A un amphi entièrement
Bourré de garnements
Où Manu, survolté
Balance à ces excités,

J'ai les boules, j'ai les boules, là,
Mais le vin est tiré,
Va falloir l'ingérer,
Ah ! J'ai les boules, j'ai les boules, là,
Vos conn'ries à gogo,
Moi ça me rend dingo !

Son quarant' neuf trois est usé,
Et ça le fait criser
De ne plus avoir ce recours
S'il est repris de court,
Par ses copains bien décidés
Le pauvre à l'emmerder,
Et peut être, même attention,
A voter un' motion,
Lors Manu avertit,
Tout en montrant la sortie :

J'ai les boules, j'ai les boules, là
Au prochain vilain tour
Je vire sans détour,
Ah ! J'ai les boules, j'ai les boules, là,
Quitte à casser du bois
J's'rai pas l'seul aux abois !


Les précisions de l'auteur sur cette parodie :

C'est le titre de la parodie, pas mon cas du tout : au contraire, depuis que je teste mes fantaisies moi-même, et que je vous livre ces essais, sans prétention et sans complexes, en attendant d'en faire peut-être un peu plus tard des chefs-d'œuvre d'harmonie et de musicalité - moi je suis plutôt texte, c'est l'essentiel pour ce genre de choses je pense, même s'il est évident que le top c'est d'avoir les deux. -, je ne me suis jamais autant amusé !

Et tout seul, la plupart du temps, ce qui n'est pas toujours simple eu égard au matériel rudimentaire que je possède pour l'instant... Bref, le plaisir est là, la rigolade aussi, et ça me convient parfaitement.





Liste des 3 autres parodies répertoriées pour viens poupoule de Mayol :





Quelques parodies parmi prises au hasard :