Plus que des clones

Auteur : J.C. Scribe
parodie de L'île du rhone d'Enrico Macias
Date : 14 février 2016
    



Nos dirigeants ne sont plus que des clones
Car quel que soit l'hôte de l'Elysée,
On est toujours, nous, dans l’œil du cyclone,
Et on se fait régulièr'ment baiser,
Et on se fait régulièr'ment baiser,
Si de la droite il ne faut rien attendre,
A gauche, hélas, c'est le même merdier,
Pas un pékin ne sait mieux nous entendre,
Et on peut tous, oui tous les congédier,
Et on peut tous, oui, tous les congédier,
Regardez-les entre eux faire ripaille
Avec le fric qu'ils viennent nous piquer,
En se moquant bien qu'on soit sur la paille,
Et chaque jour un peu plus paniqués,
Et chaque jour un peu plus paniqués,
Et quand d'aucuns vont pointer au chômage,
Avec la tête sens dessus dessous,
lls se partagent galette et fromage,
Le tout payé sans vergogne avec nos sous,
Ca donne envie de se mettre en colère,
Voire parfois de se montrer brutal,
Et de changer aussi d'vocabulaire
Pour réclamer un minimum vital,

Mais peut leur chaut à tous ces grands enarques,
A tous ces clones les cris des manants,
Ils ne vont pas renoncer aux arnaques,
Sûrs qu'on ne les aura pas au tournant,
Sûrs qu'on ne les aura pas au tournant ,
Regardez-les tous ces beaux politiques
Écoutez-les nous parler de valeurs,
De transparence, et d'honneur, et d'éthique,
En fustigeant le peuple des râleurs,
En fustigeant le peuple des râleurs,

Ils trempent tous dans les mêmes combines,
Ces clones qui font le même métier,
Et si parfois entre eux ils se débinent,
On n'les voit pas pour autant se châtier,
On n'les voit pas pour autant se châtier !

Les précisions de l'auteur sur cette parodie :

Tous issus aujourd'hui des mêmes écuries où ils sont tous formatés par les mêmes dresseurs, nos politiciens de métier ne sont "Plus que des clones" !
D'où l'inutilité de voter pour les uns plutôt que pour les autres car au final c'est blanc bonnet et bonnet blanc, et les baisés sont toujours les mêmes !




Une autre parodie est répertoriée pour L'île du rhone d'Enrico Macias :





Quelques parodies parmi prises au hasard :