Le chapeau sans pareil

Auteur : J.C. Scribe
parodie de Le chapeau de Mireille de Georges Brassens
Date : 14 avril 2016
    


Le chapeau sans pareil
Que je porte toujours en été
Pour contrer le soleil
Et qui a fait ma notoriété,
Ce chapeau sans pareil,
Que je n'oublie jamais d'emporter
Sur les jeux au soleil,
Excite des curiosités :

Quand je manque un tir,
Faut me voir sortir
Du rond très déçu
En mordant dessus
Mon chapeau, pourtant,
Pourtant,
Ce n'est pas que j'm'affole,
Mon calme est magistral,
C'est surtout que j'raffole
Du côté théâtral
Qui permettait de jouer à la pétanque avant
Sans être triste comme une nonne au couvent,

Le chapeau sans pareil
Beaucoup plus large qu'un panama
Que je mets au réveil
Dès que je sors de mon pyjama,
Ce chapeau sans pareil,
Ce gibus, ce couvre-chef lambda,
Interdit au soleil
Ardent de me rendre fada,

Quand je manque un tir,
Faut me voir sortir
Du rond très déçu
En mordant dessus
Mon chapeau, pourtant,
Pourtant,
Ce n'est pas que j'm'affole,
Mon calme est magistral,
C'est surtout que j'raffole
Du côté théâtral,
Et des bons mots aussi qui plaisaient aux passants
Quand ils les entendaient fuser "avé l'assent",

Le chapeau sans pareil
Que je coiffe toujours chaque fois
Que je vais au soleil
Me vaut quelques quolibets parfois,
Ce chapeau sans pareil,
Ce galurin qui n'me quitte pas,
Je vous donne un conseil :
Rigolez, mais n'y touchez pas !

Quand je manque un tir,
Faut me voir sortir
Du rond très déçu
En mordant dessus
Mon chapeau, pourtant,
Pourtant,
Ce n'est pas que j'm'affole,
Mon calme est magistral,
C'est surtout que j'raffole
Du côté théâtral,
Et de ce "cinéma" que faisaient autrefois
Certains joueurs sympas, mais de mauvaise foi !

Le chapeau sans pareil,
Qui fait parfois rire et jacasser,
Quand on joue au soleil
Moi je ne pourrais pas m'en passer,
Ce chapeau sans pareil
Me permet de voir quand on raflé
Un concours au soleil
Que ma tête n'a pas gonflé !

Quand je manque un tir,
Faut me voir sortir
Du rond très déçu
En mordant dessus
Mon chapeau, pourtant,
Pourtant,
Ce n'est pas que j'm'affole,
Mon calme est magistral,
C'est surtout que j'raffole
Du côté théâtral,
Et des éclats de voix de certains zigotos
Qui n'auraient pas pu jouer devant des hopitaux !

Mon chapeau sans pareil
Me sert aussi pour me protéger
Le temps de mon sommeil
Lorsqu'il me plait d'aller m'allonger
Dans l'plus simple appareil
Sur la plage des morsures mal placées
De méchants coups de soleil
Qui me feraient surement danser,

Quand je manque un tir,
Faut me voir sortir
Du rond très déçu
En mordant dessus
Mon chapeau, pourtant,
Pourtant,
Ce n'est pas que j'm'affole,
Mon calme est magistral,
C'est surtout que j'raffole
Du côté théâtral,
De ce temps où les joueurs aimaient à s'amuser,
Et qu'pas une Fanny ne restait à baiser !


Les précisions de l'auteur sur cette parodie :

Tant qu'à travailler du chapeau j'ai décidé un matin au saut du lit, sans motivation particulière, de travailler pour le mien, parce qu'il le vaut bien, lui qui m'a suivi tous les étés sur tous les jeux, et qui m'a tellement abrité : je ne peux que lui en être reconnaissant à une époque où il est fortement recommandé de sortir couvert pour parer à bien des inconvénients...




Liste des 2 autres parodies répertoriées pour Le chapeau de Mireille de Georges Brassens :





Quelques parodies parmi prises au hasard :