La banquise

Auteur : J.C. Scribe
parodie de Comme ils disent de Charles Aznavour
Date : 2 avril 2016
    


J'habite un joli monde blanc
Où j'erre parfois en tremblant
Des quatre pattes,
J'ai beau être le maitre ici
Je connais des frayeurs aussi
De névropathe,
Car de plus en plus pour manger
Il me faut courir et nager
Comme un malade,
Dans une tiède où je suffoque
Sans rencontrer le moindre phoque
Qui se balade,
Dans ces moments là j'ai très peur
Quand je découvre avec stupeur,
Et c'est notoire,
Que je suis dans doute en sursis
Puisque chaque année rétrécit
Mon territoire,
Mais je ne suis qu'un ours polaire,
Alors qu'importent ma galère,
Et ma hantise,
De voir ma race anéantie,
Et mes petits, et leurs petits,
Disparaitre avec la banquise !

Ils s'en moquent bien les humains
Si je n'existe plus demain
Sur cette terre,
Sauvegarder mon habitat
Ce n'est pas pour eux un combat
Prioritaire,
Je peux bien prendre un coup de chaud,
Crever dans les bras d'un manchot,
Ou bien d'un morse,
Ce sera curieux et pourtant
On ne verra pas pour autant
La moindre amorce
D'un plan qui s'attaque vraiment
Aux effets du réchauffement
Sur mon arctique,
On tient des beaux discours partout
Et puis on ne fait rien du tout,
C'est dramatique,
On gesticule, on parle fort,
Mais on ne fait pas un effort,
Et je balise,
A l'idée qu'on verra ainsi
Un jour tout ce qui vit ici
Disparaitre avec la banquise,

L'heure est grave il y a danger
Pourtant je ne peux pas changer
De latitude,
Pour moi, ce n'est pas évident,
Les pays chauds ce n'est pas dans
Mes habitudes,
Et les pingouins, ces gros lourdauds,
Avec leur smoking sur le dos,
Pauvres bestioles,
Qu'on les envoie se promener
Là-bas en Méditerranée,
Et ils s'étiolent,
Enfin en plus des animaux
Où vont aller les Esquimaux
Pour ne pas fondre ?
Pour qu'ils ne soient pas malheureux,
Que va-t-on inventer pour eux,
Que va-t-on pondre ?
Plus jamais la vie ne sera,
Je le sens, j'ai bon odorat,
Aussi exquise,
Pour nous qui aurons tout perdu
Quand nos glaces seront fondues,
Quand on n'aura plus de banquise !

Les précisions de l'auteur sur cette parodie :

Pour dénoncer les dangers du réchauffement climatique, j'ai fait parler un ours blanc - sa race est directement concernée, et puis, après "La complainte du phoque en Alaska", pourquoi pas celle de son prédateur dans la mesure où leur sort est forcément étroitement lié ? - en adaptant mon texte sur la musique d'une autre chanson très engagée, mais pour une autre cause .




Liste des 7 autres parodies répertoriées pour Comme ils disent de Charles Aznavour :





Quelques parodies parmi prises au hasard :