Mon enfant c'est la galère !

Auteur : Ghis Le rimeur
parodie de Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai de Francis Cabrel
    


Mon enfant, nue sur les galets Mon enfant nu, c'est la galère
Le vent dans tes cheveux défaits Les mains dans ses cheveux défaits
Comme un printemps sur mon trajet Il reste bêtement sur mon trajet
Un diamant tombé d'un coffret Ses vêtements tombent sur ses mollets
Seule la lumière pourrait Seule sa mère pourrait
D'faire nos repères secrets Refaire ses lacets détachés
Où mes doigts pris sur tes poignets Mes doigts commencent à m'démanger
Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai Je le grondais, je l'gronde et je l'gronderai


Et quoi que tu fasses Et quoique je fasse
L'amour est partout où tu regardes Il court partout quand je baisse la garde
Dans les moindres recoins de l'espace Sur les bords pentus de la terrasse
Dans le moindre rêve où tu t'attardes Osant une brève course sur la rambarde
L'amour comme s'il en pleuvait Il court comme s'il pleuvait
Nu sur les galets Lui, c'est la galère


Le Ciel prétend qu'il te connaît Le miel s'étend sur ses poignets
Il est si beau c'est sûrement vrai Là c'est trop, je vais le baffer
Lui qui ne s'approche jamais Même ses poches sont engluées
Je l'ai vu pris dans tes filets Il en a mis sur mon gilet
Le monde a tellement de regrets Le monde a tellement de méfaits
Tellement de choses qu'on promet Autant de choses que l'on admet
Une seule pour laquelle je suis fait Une seule qui me rend vraiment inquiet
Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai Je le gardais, je l'garde et je l'garderais


Et quoi que tu fasses Et quoique je fasse
L'amour est partout où tu regardes Il court partout quand je baisse la garde
Dans les moindres recoins de l'espace Sur les bords pentus de la terrasse
Dans le moindre rêve où tu t'attardes Osant une brève course sur la rambarde
L'amour comme s'il en pleuvait Il court comme s'il pleuvait
Nu sur les galets Lui, c'est la galère


On s'envolera du même quai Parfois quand même j'ai la paix
Les yeux dans les mêmes reflets Les yeux rivés sur la télé
Pour cette vie et celle d'après Il reste assis le temps d'un Disney
Tu seras mon unique projet je peux reprendre mes projets
Je m'en irai poser tes portraits Je pourrais donner des raclées
A tous les plafonds de tous les palais A tous les p'tits cons de tous les français
Sur tous les murs que je trouverai mais si dans un murmure il me disait
Et juste en dessous, j'écrirai juste un mot doux, je penserais
Que seule la lumière pourrait... Que seule sa mère manquerait...
Et mes doigts pris sur tes poignets Et mes doigts pris sur ses poignets
Je t'aimais, je t'aime et je t'aimeraiJe l'aimais, je l'aime et je l'aimerai




Liste des 2 autres parodies répertoriées pour Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai de Francis Cabrel :





Quelques parodies parmi prises au hasard :