Je ramais, je rame et je ramerai

Auteur : Ghis Le rimeur
parodie de Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai de Francis Cabrel
    


Mon enfant, nue sur les galets Mon torse nu sur la galère
Le vent dans tes cheveux d'faits Le vent dans mes cheveux d'faits
Comme un printemps sur mon trajet Comme un printemps sur mon trajet
Un diamant tombé d'un coffret Séchant la sueur en excès
Seule la lumière pourrait Seule une clé en fer pourrait
D'faire nos repères secrets D'faire mes deux fers serrés
Où mes doigts pris sur tes poignets Et mes doigts pris sur la poignée
Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai Je ramais, je rame et je ramerai


Et quoi que tu fasses Et quoique tu fasses
L'amour est partout où tu regardes La mort est partout où tu regardes
Dans les moindres recoins de l'espace Dans les moindres recoins de la nasse
Dans le moindre rêve où tu t'attardes Sur la moindre grêve que l'on bombarde
L'amour comme s'il en pleuvait Des flêches comme s'il en pleuvait
Nu sur les galets Drues sur la galère


Le Ciel prétend qu'il te connaît Le ciel s'étend d'mesur
Il est si beau c'est sûrement vrai Peut-être bientôt, je m'y trouverai
Lui qui ne s'approche jamais Puis une taloche, un coup de fouet
Je l'ai vu pris dans tes filets Me rappelle à ma tâche de forcené
Le monde a tellement de regrets Au monde j'ai tellement de regrets
Tellement de choses qu'on promet Tellement de choses égarées
Une seule pour laquelle je suis fait Une seule pour laquelle je suis fait
Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai Je ramais, je rame et je ramerai


Et quoi que tu fasses Et quoique tu fasses
L'amour est partout où tu regardes la mort est partout où tu regardes
Dans les moindres recoins de l'espace sur le moindre banc où l'on s'entasse
Dans le moindre rêve où tu t'attardes Sur le moindre glaive de ces maudits gardes
L'amour comme s'il en pleuvait Des flèches comme s'il en pleuvait
Nu sur les galets Drues sur la galère


On s'envolera du même quai On sent un choc sur le côté
Les yeux dans les mêmes reflets De l'eau commence à s'infiltrer
Pour cette vie et celle d'après Ma pauvre vie semble scellé
Tu seras mon unique projet Fuir est mon unique projet
Je m'en irai poser tes portraits La mariée commence à me porter
A tous les plafonds de tous les palais Je sens le fond de cale se dérober
Sur tous les murs que je trouverai Sous le trouble azur je le suivrai
Et juste en dessous, j'écrirai Mais juste avant, je crierai
Que seule la lumière pourrait... Que seule la clé en fer pourrait...
Et mes doigts pris sur tes poignets Et mes doigts pris sur la poign
Je t'aimais, je t'aime et je t'aimeraiJe sombrais, je sombre et je sombrerais




Liste des 2 autres parodies répertoriées pour Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai de Francis Cabrel :





Quelques parodies parmi prises au hasard :