La tribu des Rastas

Auteur : Festival Robles
parodie de La tribu de Dana de Manau
    



Le vent souffle sur les plaines de la Bretagne armoricaine, Quand je souffle on se voit à peine, y a carrément plus d'oxygène
je jette un dernier regard sur ma femme, mon fils et mon domaine.J'me roule une dernière tranche d'Edam et pis j'ai plus les yeux qui tiennent
Akim, le fils du forgeron est venu me chercher, Hakik, le fils du vieux Chichon est venu me chercher
les druides ont décidé de mener le combat dans la vallée.Mais comme il était fin détruit, il a du mal à me trouver
Là, où tous nos ancêtres, de géants guerriers celtes, C'est lui qu'à la recette et pis les 6 boulettes,
après de grandes batailles, se sont imposés en maîtres, C'est lui qui taille les feuilles y sait même pu ou les mett'
c'est l'heure maintenant de défendre notre terre On roule au parmesan, au gingembre, au gruyère
contre une armée de Simeriens prête à croiser le fer.aux épinards si on a rien, c'est bon pass qu'y a du fer,
Toute la tribu s'est réunie autour de grands menhirs, Toute la tribu s'est réunie dans la piaule à Samir,
pour invoquer les dieux afin qu'ils puissent nous bénir. Mais comme il a paumé les clefs y a plus moyen de sortir
Après cette prière avec mes frères sans faire état de zèle, Et y a son frère couché par terre dans un état de Zen
les chefs nous ont donné à tous des gorgées d'hydromel, Qui voit des nains qui poussent petits tout rouges avec des ailes
pour le courage, pour pas qu'il y ait de faille, Dans tout l'étage j'entends son vieux qui braille
pour rester grands et fiers quand nous serons dans la bataille On y a tiré le papier water c'est pour rouler la paille
car c'est la première fois pour moi que je pars au combat C'est bien la première fois qu'on voit son père hurler comme ça
et j'espère être digne de la tribu de Dana.Il est vraiment pas digne de la tribu des rastas


Dans la vallée de Dana La Lilala.Dans la vallée des rastas ; dans la vallée oh oh
Dans la vallée j'ai pu entendre des échos.On voit pousser des bigorneaux
Dans la vallée de Dana La Lilala.Dans la vallée des rastas ; dans la vallée oh oh
Dans la vallée des chants de guerre près des tombeaux.La brume ne vient pas d'en haut


Après quelques incantations de druides et de magie, Après quelques émanations torrides on était cuit
toute la tribu, le glaive en main courait vers l'ennemi, On a même vu quelques lapins se taper un parapluie
la lutte était terrible et je ne voyais que les ombres, Putain c'était terrible, on voyait que des ombres
tranchant l'ennemi qui revenait toujours en surnombre.Et pis les lapins qui revenaient toujours en surnombre
Mes frères tombaient l'un après l'autre devant mon regard, Mes frères grimpaient l'un après l'autre au-dessus de l'armoire
sous le poids des armes que possédaient tous ces barbares, Pour bien arroser la moquette à grands coups d'arrosoir
des lances, des haches et des épées dans le jardin d'Eden On a jamais rien fait pousser ce n'était pas la peine dans la cuisine
qui écoulait du sang sur l'herbe verte de la plaine. On a trouvé un sachet de verveine. J'entends des sirènes
Comme ces jours de peine où l'homme se traîne J'ai mangé mon peigne, t'as les cheveux qui saignent
à la limite du règne du mal et de la haine, T'as les bras qui traînent
fallait-il continuer ce combat déjà perdu, J'entendais des sirènes, pis maintenant j'les entends plus
mais telle était la fierté de toute la tribu, Faut que t'arrêtes la verveine, c'est ça qui t'fout des hallus
la lutte a continué comme ça jusqu'au soleil couchant, L'hallu a continué comme ça jusqu'au soleil couchant
de férocité extrême en plus d'acharnement, Et pis toute cette fumée qui s'échappait en s'échappant
fallait défendre la terre de nos ancêtres enterrés là Il faudrait qu'j'ouvre la f'nêtre, on va quand même pas crever là
et pour toutes les lois de la tribu de Dana.Ce s'rait vraiment pas digne de la tribu des rastas




Au bout de la vallée on entendait le son d'une corne, A la fin de la journée un mec a défoncé la porte
d'un chef ennemi qui rappelait toute sa horde, On a voulu la sauver c'était trop tard elle était morte
avait-il compris qu'on lutterait même en enfer Des gars ont débarqué avec leurs jolis casques en fer
et qu'à la tribu de Dana appartenaient ces terres. Et pis de gros tuyaux des rouges des bleus des jaunes des verts
Les guerriers repartaient, je ne comprenais pas Ils s'arrosaient par terre je ne comprenais pas
tout le chemin qu'ils avaient fait pour en arriver là, Vu qu'on avait essayé hier et pis ça marchait pas
quand mon regard se posa tout autour de moi, Quand j'ai mieux vu les gars là autour de moi
j'étais le seul debout de la tribu voilà pourquoi. J'ai tout compris qu'y étaient là, voilà pourquoi
Mes doigts se sont écartés tout en lâchant mes armes La fumée qui s'est échappée a déclenché l'alarme
et le long de mes joues se sont mises à couler des larmes, On était d'jà bien déjantés, ça f'sait un vrai vacarme
je n'ai jamais compris pourquoi les dieux m'ont épargné J'étais fini je voyais la marée monter
le seul jour noir de notre histoire que j'ai contée.Y'a plus d'espoir, c'est sur on va crever noyés
Le vent souffle toujours sur la Bretagne armoricaine Mais heureusement d'un coup ils ont arrêté leurs fontaines
et j'ai rejoins ma femme, mon fils et mon domaine, On a roulé leurs tuyaux pendant qu'ils coupaient leurs sirènes
j'ai tout reconstruit de mes mains pour en arriver là, Ils nous ont même offert leurs haches comme on n'en avait pas
je suis devenu roi de la tribu de Dana.Ils sont devenus dignes de la tribu des rastas






Liste des 7 autres parodies répertoriées pour La tribu de Dana de Manau :





Quelques parodies parmi prises au hasard :