Ta gueule, ta gueule

Auteur : Eric et les Berniques
parodie de Paroles, paroles de Dalida
    


C'est étrange,Tu sais quoi ?
Je n'sais pas ce qui m'arrive ce soir,Je vais t’dire ce qui t'arrive ce soir.
Je te regarde comme pour la première fois.Je te regarde comme pour la dernière fois


Encore des mots toujours des motsEncore des mots toujours des mots
les mêmes motsLes mêmes mots
Je n'sais plus comment te dire,Je n'sais plus comment te dire
Rien que des motsRien que des mots
Mais tu es cette belle histoire d'amour... Mais tu es cette sale histoire d'amour
que je ne cesserai jamais de lire.Que j'ai cessé de lire
Des mots faciles des mots fragilesDes mots faciles, des mots débiles
C'était trop beauC'est trop idiot
Tu es d'hier et de demainTu es d'hier... et d’hier
Bien trop beauTrop idiot
De toujours ma seule vérité.Oh c’est fini... espèce de traînée.
Mais c'est fini le temps des rêvesMais c'est fini le temps des rêves
Les souvenirs se fanent aussiLes compliments se fanent aussi
quand on les oublieQuand on les oublie
Tu es comme le vent qui fait chanter les violonsTu es comme le vent qui fait chanter les anus
et emporte au loin le parfum des roses.et emporte au loin le parfum des roses.
Caramels, bonbons et chocolatsArsenic, cyanure et mort-aux-rats.
Par moments, je ne te comprends pas.Très souvent, je ne te comprends pas.
Merci, pas pour moiMerci, pas pour moi
Mais tu peux bien les offrir à une autreMais tu peux bien les offrir à une autre
qui aime le vent et le parfum des rosesQui aimera ce style de prose
Moi, les mots tendres enrobés de douceurDevant ces mots crus enrobés de laideur
se posent sur ma bouche mais jamais sur mon cœurMon nez, je le bouche, et j’en ai mal au cœur
Une parole encore.Une parole encore.


Parole, parole, paroleTa gueule, ta gueule, ta gueule
Ecoute-moi.Ecoute-moi
Parole, parole, paroleTa gueule, ta gueule, ta gueule
Je t'en prie.Je te hais.
Parole, parole, paroleTa gueule, ta gueule, ta gueule
Je te jure.Je t’emmerde
Parole, parole, parole, parole, paroleTa gueule, ta gueule, ta gueule, ta gueule, ta gueule
Encore des paroles que tu sèmes au ventToujours ces paroles, que tu es méchant


Voilà mon destin te parler....Voilà mon destin te parler
te parler comme la première fois.Te parler pour la dernière fois
Encore des mots toujours des motsEncore des mots toujours des mots
les mêmes motsles mêmes mots
Comme j'aimerais que tu me comprennes.Comme j'aimerais que tu comprennes.
Rien que des motsRien que des mots
Que tu m'écoutes au moins une fois.Que tu m'écoutes au moins une fois.
Des mots magiques des mots tactiquesDes mots qui piquent et qui irritent
qui sonnent fauxQui sonnent gros
Tu es mon rêve défendu.Tu es mon cauchemar entendu
Oui, tellement fauxOui, tellement gros
Mon seul tourment et mon unique espérance.Mon sale tourment qui tue mes espérances
Rien ne t'arrête quand tu commencesRien ne t'arrête quand tu commences
Si tu savais comme j'ai envieSi tu savais comme j'ai envie
d'un peu de silenced'un peu de silence
Tu es pour moi la seule musique...Tu es pour moi la seule musique...
qui fit danser les étoiles sur les dunesQui fait danser les mouches sur les ordures
Caramels, bonbons et chocolatsArsenic, cyanure et mort-aux-rats.
Si tu n'existais pas déjà je t'inventerais.Si tu n'existais pas déjà, je prierais pour qu’on ne t’invente pas.
Merci, pas pour moiMerci, pas pour moi
Mais tu peux bien les offrir à une autreMais tu peux bien les offrir à une autre
qui aime les étoiles sur les dunesqui aime les mouches sur les ordures
Moi, les mots tendres enrobés de douceurDevant ces mots crus enrobés de laideur
Se posent sur ma bouche mais jamais sur mon cœurMon nez, je le bouche, et j’en ai mal au cœur
Encore un mot juste une paroleUne parole encore




Que tu es belle !Que tu es laide !






Liste des 5 autres parodies répertoriées pour Paroles, paroles de Dalida :





Quelques parodies parmi prises au hasard :