Le collège

Auteur : Danlascie
parodie de La bohème de Charles Aznavour
    


Je vous parle d'un tempsJe vous parle d'un temps
Que les moins de vingt ansQue les moins d'cinquant'ans
Ne peuvent pas connaîtreNe peuvent pas connaître ;
Montmartre en ce temps-làL'collège en ce temps là,
Accrochait ses lilasVenait d'être mis là.
Jusque sous nos fenêtresOui, il venait de naître
Et si l'humble garniEt si la salle des profs
Qui nous servait de nidQui nous servait de nid
Ne payait pas de mineNe payait pas de mine,
C'est là qu'on s'est connuC'est là qu'on s'est connu
Moi qui criait famineOn avait tous bonne mine,
Et toi qui posais nueMême sans avoir bu.


La bohème, la bohèmeLe collège, le collège,
Ça voulait dire on est heureuxÇa voulait dire: on est heureux..
La bohème, la bohèmeLe collège, le collège,
Nous ne mangions qu'un jour sur deuxNous y venions frais et joyeux.


Dans les cafés voisinsChez les pé-eu-gé-cés,
Nous étions quelques-unsIls étaient quelques-uns
Qui attendions la gloireQui attendaient la gloire.
Et bien que miséreuxIls étaient ambitieux,
Avec le ventre creuxils avaient le nez creux,
Nous ne cessions d'y croireNous, nous cessions d'y croire.
Et quand quelque bistroEt quand au Chiquito,
Contre un bon repas chaudAu lieu d'un café chaud,
Nous prenait une toileNous prenions une cuite
Nous récitions des versC'était parfois sévère,
Groupés autour du poêleAssis autour d'une table,
En oubliant l'hiverOn oubliait l'hiver..


La bohème, la bohèmeLe collège, le collège,
Ça voulait dire tu es jolieÇa voulait dire: tu es jolie..
La bohème, la bohèmeLe collège, le collège,
Et nous avions tous du génieEt nous n'étions pas décatis.


Souvent il m'arrivaitSouvent il m'arrivait,
Devant mon chevaletDevant des tas d'cahiers
De passer des nuits blanchesDe passer des dimanches,
Retouchant le dessinEn notant des dessins,
De la ligne d'un seinune ligne pour un point
Du galbe d'une hancheRien pour une feuille blanche.
Et ce n'est qu'au matinEt ce n'est que le soir
Qu'on s'asseyait enfinJe s'asseyais enfin
Devant un café-crèmeDevant un écran blême,
Epuisés mais ravisEpuisé mais ravi,
Fallait-il que l'on s'aimeFallait-il être bête,
Et qu'on aime la vieEt en avoir envie.


La bohème, la bohèmeLe collège, le collège,
Ça voulait dire on a vingt ansÇa voulait dire: on a trente ans.
La bohème, la bohèmeLe collège, le collège,
Et nous vivions de l'air du tempsEt nous ne comptions pas not' temps.


Quand au hasard des joursQuand au hasard des jours,
Je m'en vais faire un tourVous viendrez faire un tour
A mon ancienne adresseA notre ancienne adresse,
Je ne reconnais plusvous n'reconnaîtrez plus
Ni les murs, ni les ruesNi la cour, ni les murs
Qui ont vu ma jeunesse qui ont vu not' jeunesse.
En haut d'un escalierEn bas de l'escalier,
Je cherche l'atelier Vous cherch'rez l'atelier
Dont plus rien ne subsisteDont plus rien ne subsiste.
Dans son nouveau décorDans son nouveau décor,
Montmartre semble tristeIl semblera bien triste,
Et les lilas sont mortsEt peut-être bien mort.


La bohème, la bohèmeLe collège, le collège,
On était jeunes, on était fousOn était jeune, on était fou.
La bohème, la bohèmeLe collège, le collège,
Ça ne veut plus rien dire du toutÇa ne veut plus rien dire du tout.




Liste des 11 autres parodies répertoriées pour La bohème de Charles Aznavour :





Quelques parodies parmi prises au hasard :