A toutes les filles

Auteur : Danlascie
parodie de A toutes les filles de Didier Barbelivien
    


A toutes les filles que j'ai aimées avant
Qui sont devenues femmes maintenant
A leur volcan de larmes, à leur torrent de charme
Je suis resté adolescent


A toutes les filles que j'ai aimées avantA toutes les filles que j'ai collé, dans l'temps.
Des cours de lycée en jardin d'enfantsElles sont majeures et mariées maintenant,
Aux lettres déchirées, à leurs baisers volésElles ont p'tète des enfants, des petits garnements,
Je suis resté adolescentQui causent des tas d'emmerdements.


Elles avaient, elles avaient,Elles mâchaient, elles mâchaient,
Des océans au fond des yeuxDu ch'wim-gum devant mes yeux,
Elles dansaient, elles dansaient,Elles parlaient, elles parlaient,
Pour nous garder plus amoureuxen cours, de leur amoureux.
Elles disaient, elles disaient,Elles riaient, elles riaient,
Que l'amour c'est toute une vie à deuxSans s'occuper de c'qui s'passait d'vant eux.
Elles avaient dans un sourire moqueur
Quelque chose de secret
Elles gravaient nos deux cœurs
Sur les arbres des forêts
Elles pleuraient comme on pleure
Quand on a trop aimé


Des océans au fond des yeux


A toutes les filles que j'ai aimées avantA toutes les proffes qui sont passées un temps.
Qui sont devenues femmes maintenantAuxiliaires ou adjointes d'enseignement,
De leurs éclats de rire, à nos nuits de plaisirAgrégées, certifiées, ou bien PEGC.
Je suis resté adolescentEt d'puis vingt ans y'en est passé.


A toutes les filles que j'ai aimées avant
De plage, de soleil, en dîners dansants
Aux secrets murmurés, aux passions déchirées
Je suis resté adolescent


Elles restaient, elles restaient.

Un jour ou bien une semaine.
Des océans au fond des yeuxElles chialaient, elles chialaient.

A la moindre petite peine.

Elles partaient, elles partaient.

Et nous on revenait l'année prochaine.



A tous les profs qui sont restés à Thiant.

Claudine, Thérèse, Paul et Raymond.

Et Jean-Pierre et André, et Chantal et Léon.

Et j'oublie encore des tas d'Jean.


On restait, on restait

A la cantine le midi.
Des océans au fond des yeuxon bouffait, on bouffait,

Le lundi des raviolis.

On jouait, on jouait,

Au tarot en buvant du café.


Ça fait vingt ans qu'on est ici, à Thiant

J'enseigne les maths, quel boulot pas-sionnant

Y-a aussi la Techno le Français la bio,

L'Anglais et puis tout l'tremblement.


A toutes les filles qu'on a aimées avant...Mais j'arrète là, car ça pourrait durer longtemps . . .




Liste des 7 autres parodies répertoriées pour A toutes les filles de Didier Barbelivien :





Quelques parodies parmi prises au hasard :