Quatre moches et un cageot

Auteur : Choum
parodie de Quatre mots sur un piano de Jean-Jacques Goldman
    


Quatre mots sur un piano, ceux qu'elle a laissés Quatre moches et un cageot, j'aurais pas dû coucher
Quatre c'est autant de trop, je sais compter Cinq boudins c'est trois de trop, en une seule soirée
Quatre vents sur un passé, mes rêves envolés Quatre whiskys et un bedo, c'était mieux pour choper
Mais qu'aurait donc cet autre que je n'ai ? Deux juments, trois cachalots, que j'ai plus qu'embrasser
Ne le saurai-je jamais J'étais tellement affamé

Cas très banal, cliché, dénouement funeste Quatre poux sur le poireau, c'est ce que j'ai récolté
Trois moins deux qui s'en vont, ça fait moi qui reste J'sentais bien qu'une sur les cinq ne s'était pas lavée
Caresses, égards et baisers, je n'ai pas su faire Même sa voix avait mué, elle s'appelait Hervé
La partager me soufflait Lucifer J'comprends d'où viennent ces lésions sur mes fesses
Depuis je rêve d'enfer Etait-ce un chancre ou de l'herpès?

Moi j'aurais tout fait pour elle, pour un simple mot Moi ma femme elle est trop belle, pour lui avouer
Que lui donne l'autre que je n'offrirais ? Que j'ai sauté les tromblons de mon école
Elle était mon vent mes ailes, ma vie en plus beau Quatre des cinq me harcèlent, pour se r'prendre une pignole
Etait-elle trop belle ou suis-je trop sot ? J'aurais dû me palucher sur mes posters
N'aime-t-on jamais assez ? De Sheryffa et Jennifer


Quatre années belles à pleurer, maigre résumé Quatre moches et un cageot m'ont pris en photo
Cartes jouées mais la reine s'est cachée Mon zguegue et ma sale gueule de plouc publiée sur Facebook
Quatre millions de silences, de regrets qui dansent Si j'avais su qu'une des laideronnes était une grosse putain
Les questions, les soupirs et les sentences J'aurais demandé des heures sup' chez Auchan
Je préférais ses absences Au lieu de refiler la facture à maman

Moi j'aurais tant fait pour elle, pour boire à son eau Ma chérie, c'est toi que j'aime, j'voudrais t'faire des enfants
Que lui donne l'autre que je n'offrirais ? Comme à ces boudins qui couinent avec leur groin
Elle était mon vent mes ailes, ma vie en plus beau J'irais chez Bataille et Fontaine pour demander ta main
Mais était-elle trop belle, ou bien nous trop sots ? Tu seras peut-être cocu mais tellement une bonne mère
N'aime-t-on jamais assez Comme Sheryffa et Jennifer

Vous étiez ma vie comme la nuit et le jour Je suis plus élégante que ces quintaux de truies
Vous deux, nouez, filiez mon parfait amour Ta demande en mariage, tu peux t'en faire un frottis
Un matin vous m'avez condamnée à choisir Arrête Jean-Jacques, mes cordes vocales vont péter
Je ne vous aimais qu'à deux Comme ta putain de chanson
Je vous laisse, adieu Change de tonalité
Choisir serait nous trahir Je vais bientôt devenir cantatrice d'opéra

Mais qu'aurait donc cet autre que je n'ai ? Et quand je chante trop aigüe
Ne le saurai-je jamais ? C'est le public qui me hue
La partager me soufflait Lucifer Un sol dièse s'échappe
Depuis je rêve d'enferDe mon cul




Une autre parodie est répertoriée pour Quatre mots sur un piano de Jean-Jacques Goldman :





Quelques parodies parmi prises au hasard :