Une belle-maman

Auteur : Claude Errecart
parodie de Une belle histoire de Michel Fugain
    


C'est un beau roman, c'est une belle histoire, C'est une belle-maman qui fait son désespoir,
C'est une romance d'aujourd'huiC'est une marâtre qui l'ennuie ;
Il rentrait chez lui là haut dans le brouillard, Quand il rentre chez lui fin saoul, dans le brouillard,
Elle descendait dans le Midi, le Midi .Qu'il a descendu plein de demis, de demis ;
Ils se sont trouvés au bord du cheminElle est toujours là, barrant son chemin,
Sur l'autoroute des vacances En soulignant sa décadence,
C'était sans doute un jour de chance Le sommant de faire pénitence.
Ils avaient le ciel à portée de mainElle avait du fiel, pas grand chose d'humain ;
Un cadeau de la providence Et lui pourrissait l'existence,
Alors pourquoi penser au lendemain ? En gueulant dessus du soir au matin.


Ils se sont cachés dans un grand champ de blé Elle avait caché sous sa couche son blé,
Se laissant porter par les courantsEt lui essayait, c'était courant,
Se sont racontés leurs vies qui commençaient De lui soutirer les sous qu'elle entassait,
Ils n'étaient encore que des enfants, des enfants.Tandis qu'elle dormait, en l'étouffant, l'étouffant !
Qui s'étaient trouvés au bord du chemin Il aurait besoin d'un bon coup de main,
Sur l'autoroute des vacancesA chaque fois faut qu'il recommence,
C'était sans doute un jour de chance La vieille fait de la résistance ;
Qu'ils cueillirent le ciel au creux de leurs mains Qu'elle aille en enfer, c'est pas pour demain ;
Comme on cueille la providence Elle remet les condoléances,
Refusant de penser au lendemain. Repoussant son trépas au lendemain.


C'est un beau roman, c'est une belle histoireC'est une belle-maman qui fait son désespoir ;
C'est une romance d'aujourd'hui C'est une marâtre qui l'ennuie.
Il rentrait chez lui, là-haut dans le brouillardIl aimerait tellement lui rentrer dans le lard,
Elle descendait dans le Midi, le MidiOu bien la descendre, ça s'rait fini, bien fini,
Ils se sont quittés au bord du matin De la supporter du soir au matin ;
Sur l'autoroute des vacances Sur l'autoroute des vacances,
C'était fini le jour de chance Largue-là, c'est ta dernière chance !
Ils reprirent alors chacun leur cheminEt reprends ta route, reprends ton chemin ;
Saluèrent la providence N'oublie pas pour la circonstance
En se faisant un signe de la main.De lui faire unp'tit « coucou » de la main.


Il rentra chez lui, là-haut vers le brouillardIl rentra chez lui, fin saoul, dans le brouillard.
Elle est descendue là-bas dans le Midi.Et l'a descendue un jour dans le réduit.






Liste des 3 autres parodies répertoriées pour Une belle histoire de Michel Fugain :





Quelques parodies parmi prises au hasard :