A mon fils

Auteur : Chanteuse 54
parodie de Jeanne de Laurent Voulzy
    


fab t'es né de ma chair,
combien je t'ai couvé
lorsque tu étais si petit,
quand tu pleurais naguère
je n'avais de cesse de calmer
en paroles tes soucis.

refrain

et le temps a passé
ainsi que les tempêtes,
chaque chose s'éclaire
en son temps,
maintenant t'es un homme
hélas qui galère,
j'aim'rai que tu sois autrement.

fab tu es l'ami fidèle
qu'on rêve et qu'on espère
avoir un de ces jours
devant sa porte,
malgré toutes les tuiles
qui peuvent être les tiennes
tu n'hésites, tu te donnes.


refrain

et le temps a passé
ainsi que les tempêtes,
chaque chose s'éclaire
en son temps,
maintenant t'es un homme
hélas qui galère,
j'aim'rai que tu sois autrement.

fab tu es charitable,
tu donnes à ceux qu'tu aimes
malgré les sevrages que tu subis,
en cela je t'admire
ce n'est pas peu dire,
t'es resté le même aujourd'hui.

refrain

et le temps a passé
ainsi que les tempêtes,
chaque chose s'éclaire
en son temps,
maintenant t'es un homme
hélàs qui galère,
j'aim'rai que tu sois autrement.

non fab tu n'es pas une image
ou encore un mirage.

le temps qui a passé
a tissé une toile
autour de ta personne
et il résonne
à qui veut bien l'entendre
que t'as un cœur tendre
et tout est dit.




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Jeanne de Laurent Voulzy.





Quelques parodies parmi prises au hasard :