Nostalgie du passé

Auteur : Chanteuse 54
parodie de Poste restante de Guy Béart
    


on s'écrivait avec la fougue
qui caractérise les vingt ans,
des mots d'amour émouvants
aux quels les amants se retrouvent
mais soucieux de préserver
notre aventure encore naissante
il fallait contre toute attente
la tenir secrète,à l'abri.

refrain

on s'écrivait à une adresse
qui de nous seuls était connue,
à l'adresse des cœurs déchus
de leur sentiment en surface.

on s'écrivait à tour de rôle
ce dont nos cœurs avaient besoin
une correspondance en rose,
ce qui nous procurait du bien,
à l'échelle de notre amour naissant
j'espérais davantage,
je me jetais à corps perdu
non sans une crainte pour l'avenir.

refrain

un jour arriva la tornade,
oui celle que tout le monde attend,
dans un état épouvantable
sa femme a pris les devants,
mise au courant par une personne
et dont je vous tairai le nom,
m'a démonté de long et large
avec une force de dément.

refrain

après cette mésaventure
dont je me serai bien passé,
entre amour et déconfiture
le choix tendait a s'imposer
mais comme je ne suis pas cruelle
j'ai cru bon de me retirer
non sans un regret je l'atteste
mais souvent j'y ai repensé.

qu'on s'écrivait à une adresse
qui de nous seuls était connue,
à l'adresse des cœurs déchus
de leur sentiment en surface,
de leur sentiment en surface.




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Poste restante de Guy Béart.





Quelques parodies parmi prises au hasard :