Mon mec

Auteur : Chanteuse 54
parodie de Auprès de mon arbre de Georges Brassens
    


ma vie était pleine de ressentiment
et j'avais la haine presque tout le temps
mais depuis que j'l'ai rencontré
je me porte comme un charme,
j'ai retrouvé mes vingt ans
et je n'ai plus d'états d’âme,
la joie, l'allégresse font partie de ma vie,
plus rien ne me freine, plus aucun soucis
que celui de retrouver les plaisirs
et tout le reste
auprès de l'amour de ma vie
ça c'est manifeste.

auprès de mon mec c'est le paradis,
ça fait plus de vingt ans
qu'entre nous c'est la fête,
jamais il n'conteste tout ce que je dis,
il m'laisse toujours libre
pour toutes mes envies..
je n'avais des chaines quand je l'ai connu,
je vivais très mal,j'me sentais recluse
mais d'puis qu'il a fait sauter
le cadenas de toutes mes chaines
je me suis senti revivre,
je n'ai vraiment plus de haine,
je crie à la ronde toute ma joie de vivre
et je n'ai pas honte maintenant d'sortir
habillée comme une minette,
moi qui n'était plus coquette,
il est révolu le temps d'la prison infecte.

afin de lui plaire pas b'soin d'artifices
si chez moi je traîne avec des guenilles,
les cheveux en bataille,
la mine déconfite,
pas un battement de cils
il reste insensible.
du coté d'la bouffe il n'est pas gourmand
un bout de pain,une soupe
suffisent largement,
si j'ai l'malheur d'ajouter
un dessert ou du fromage
il les laisse de coté,
ça c'est du gaspillage.

maintenant je m'éclate quand j'en ai envie,
je vais au cinoche,au théâtre aussi,
j'ai aussi quelques fantasmes
quelques peu inavouables,
je ne vous en dis pas plus
pour moi je les garde.

quand j'pars en vadrouille
avec mes copines
il n'a pas les yeux rivés sur l'horloge
même si avec elles je fais des orgies
il s'en bat les couilles
pourvu que j'ne m'ennuie.
quand arrive l'heure d'aller se coucher,
d'aller se blottir dans les bras d' Morphée
je n'ai pas d'appréhension
que l'on trouble mon sommeil,
du coté des relations
il n'y a vraiment rien de sexuel.

c'est un homme de rêve
que tout le monde voudrait
mais moi dans ma tête
j'ne donnerai jamais
tout ce qui fait mon bonheur,
qui rend ma vie agréable
et qui d'puis que je le connais
m'a rendu aimable.

j'ne roule pas sur l'or
comme beaucoup de gens,
je fais attention à tout c'que dépense,
déjà les factures pèsent lourdement,
j'suis souvent dans le rouge malheureusement,
mon budget contourne tout l'habillement,
pour lui pas de problèmes
il est nu tout le temps,
ni maillot et ni chemise,
pantalon qui le vêtisse,
au froid il est insensible,
c'est l'homme invisible.




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Auprès de mon arbre de Georges Brassens.





Quelques parodies parmi prises au hasard :