Le clochard

Auteur : Chanteuse 54
parodie de Paris tu m'as pris dans tes bras d'Enrico Macias
    


j'errais seul et sans but,
sans cesse aux rebutes
des passants indignés
qui trouvaient
ma tenue négligée.
je n'avais pas de quoi
me vétir,
pas un sou dans la tirelire,
j'étais ce qu'on appelle
communément
une pauvre cloche,
un mendiant.
je dormais dans des cartons
et à la main mon litron,
je réclamais pour manger
la piécette
et me payer ma fumette.

ça a duré longtemps,
au moins trois
quatre printemps
puis la chance m'a souri
par le biais
d'un billet de loterie.
je n'en croyais
pas mes yeux
de cette manne
bénie des dieux,
j'n'ai pas mis longtemps
pour émerger
de mon statut de fauché.
l'argent c'est comme l'acné
ça se voit sur l'bout du nez,
passer du costume trois pièces
aux haillons
ça change
un homme sur le fond.

aujourd'hui j'ai repris
en main le cours d'ma vie,
j'ai les poches
cousues d'or,
on me considère
comme un milord,
on m'assomme
de courbettes,
on rampe devant
ma silhouette,
quand on s'hasarde
a vouloir me taxer
j'envoie tout
le monde ballader.
ce qui est écoeurant
lorsque tu as
de l'argent
c'est qu'les gens
te vénèrent
pour les autres
on leur jette la pierre,
pour les autres
on leur jette la pierre.




Une autre parodie est répertoriée pour Paris tu m'as pris dans tes bras d'Enrico Macias :





Quelques parodies parmi prises au hasard :