La cocue

Auteur : Chanteuse 54
parodie de Oui j'l'adore de Pauline Esther
    


d'm'avoir largué comme une vieille chaussette
j'avoue que j'n'ai pas apprécié,
quand en plus il m'a préféré une autre Juliette
là j'ai vraiment disjoncté.
me faire passer pour une serpillère c'est le monde à l'envers
alors que j'étais la première dans l'cœur des français
je n'l'ai pas accepté.

refrain
c'est un goujat, malotru,
je me demande comment j'ai pu.
oui je l'abhorre
ce faux cul, ce gros butor,
oui je l'abhorre
chaque jour un peu plus fort

quand il allait rue du cirque
prendre son pied comme un voleur et casqué,
son gros cul dépassant sur son deux roues à moteur ça m'a fait gerber
mais quand il rentrait au p'tit matin l'air de rien
alors que j'me mettais une tringle
à rideaux c'était pas rigolo.

maintenant que j'ai écrit
mon bouquin l'air de rien
il me rapporte une mine d'or
et là je suis d'accord.

refrain




Une autre parodie est répertoriée pour Oui j'l'adore de Pauline Esther :





Quelques parodies parmi prises au hasard :