Hommage à Renaud

Auteur : Chanteuse 54
parodie de À pleins tubes de C. Jerôme
    


oui tu habitais dans mon h.l.m,
c'est là que tu as connu ta gonzesse,
tu faisais partie de la bande à Lucien,
petit voleur je sais que tu l'aimais bien,
plus tard il y a eu aussi Jonathan marchand de cailloux,
un petit délinquant,
il aimait se dire je suis un voyou,
avec loulou il faisait les quatre cent coups.

refrain:

je me souviens que tu aimais bien
le trivial poursuite,
on en faisait de sacrées parties chez un socialiste,
sa femme s'appelait germaine
et elle était facho
et ça je peux te dire qu'c'était pas du pipeau.

aux autos-tamponneuses on s'éclataient
pendant que la petite conne elle chialait,
elle répétait le petit chat est mort à corps perdus nous on riaient encore,
malone c'était mon bistrot préféré,
c'est là qu'on aimait bien s'y retrouver,
au juke-box on mettait morgane de toi
ou encore dès que le vent soufflera.

refrain:

je me souviens qu'un putain de camion
avait renversé fanfan et puis manu,
ils sont morts les enfants tous écrabouillés.
j'ai retrouvé mon flingue
et je voulais le buter,
j'me suis dit laisse béton,
la justice va s'en charger.

ma mère me disait d?arrêter la clope
moi j'devenais rouge sang d'vant sa parlotte,
je vais aller à Manhattan-Kaboul
si tu continues à me foutre les boules,
j?espère que j'aurai le mistral gagnant
on ne peut pas être loser tout le temps
alors je prendrai mes clics et mes clacs,
j'suis fatigué d?être traité de fainéasse.

refrain:

je me souviens de nos vieux voisins à l'age de cent ans,
la mère à titi encore aujourd'hui en parle souvent,
ils ont eu la médaille dont la légion d'honneur
et de la pêche a la ligne ou ils y passaient des heures.




Une autre parodie est répertoriée pour À pleins tubes de C. Jerôme :





Quelques parodies parmi prises au hasard :