L'homme bancal

Auteur : Chanteuse 54
parodie de Le métèque de Georges Moustaki
    


avec ma gueule de pastèque, d’canard boiteux et de figue sèche
Je n’attire pas du tout les gens peut etre à part quelques huissiers
Qui se rabattent sur le gibier qui leur rapporte des deniers
Pourtant je ne suis pas méchant et je ne comprends pas pourquoi
Jamais personne ne veut de moi, que voulez –vous faire sans appat
Sinon se taper une fille de joie pour moi il n’y a plus que ça.
Encore faut il que je la prévienne qu’au fond de moi j’ai des problèmes
Qui m’empèchent de m’éclater, des problèmes de santé sexuels
Dus à mon cerveau qui sommeille comme celui d’un nouveau-né.
Je donnerai n’importe quoi pour changer ma constitution
Oui mais voilà je n’ai pas de ronds et si malgré tout j’en avais
Je me demande c’que la chirurgie pourrait trouver comme solution.

à ma naissance il a fallu prendre les forceps pour ma venue
J’étais en facheuse posture, ça explique ma tete de travers
Et en pain de sucre qui a souffert prise entre pinces et sutures,
Un laps de temps s’est écoulé avant que je sois expulsé vers ma destination future
Le temps de toucher plusieurs nerfs et c’est pourquoi ma jambe en l’air
N’arrive pas a toucher le bitume et comme si ça ne suffisait pas
J’ai le bras droit qu’est raccourci d’au moins vingt centimètres et demi,
Ça m’occasionne de la gène dans ce qu’est la vie quotidienne
Je suis pas gaté par la nature,j’ai aussi les yeux globuleux et ça attire les curieux
Quand je suis dans leur ligne de mire, en fait j’ne suis qu’une bete de foire
Qui ne connait que des déboires dans ce qui est sa vie de martyr.

maintenant vous comprenez pourquoi jamais personne ne veut de moi
Je ferai rater une couvée de singes peut etre à part quelques babouins
Qui défendent bien leur terrain pour pouvoir entrer dans l’histoire,
Si seulement je pouvais trouver celle qui pourrait me ressembler
A deux on affronterait le monde pour lui prouver que nous aussi
On voudrait profiter de la vie sans que du doigt on ne nous montre.
Ce s’rait le plus beau jour de ma vie mais en attendant je subis les quolibets et les moqueries
De tous les gens meme imparfaits et qui ne penseront jamais que j’ai le droit de vivre aussi.
Je voudrais trouver frankeinstein qu’à sa manière je redevienne une créature à part entière,
Ça ne serait pas pire que maintenant je vis un enfer permanent terré chez moi dans ma tanière,
Je vis un enfer permanent terré chez moi dans ma tanière pour oublier toute ma misère.




Liste des 5 autres parodies répertoriées pour Le métèque de Georges Moustaki :





Quelques parodies parmi prises au hasard :