La java des Lettres Classiques

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de La java des bombes atomiques de Boris Vian
    


Mon oncle un fameux bricoleurMerci, Sarko, c'est rigolo
Faisait en amateurDe voir dans les journaux
Des bombes atomiquesQue les lettres classiques
Sans avoir jamais rien apprisPourront désormais se passer
C'était un vrai génieDu latin et du grec
Question travaux pratiquesC'en est presque homérique
Il s'enfermait tout' la journéeDéjà qu'on a vu qu'à l'ENA
Au fond d'son atelierLa culture s'en va
Pour fair' des expériencesTu peux nous faire confiance
Et le soir il rentrait chez nousIl n'y a pas d'ingrats chez nous
Et nous mettait en trans'Et d'une telle France
En nous racontant toutOn n'en veut pas du tout

Pour fabriquer une bombe ATes promesses de candidat
Mes enfants croyez-moiOn voit dans quel état
C'est vraiment de la tarteElles ont mis la France
La question du détonateurExceptés les spéculateurs
S'résout en un quart d'heur'Et tous les magouilleurs
C'est de cell's qu'on écarteAutour de la finance
En c'qui concerne la bombe HTu osas parler de mérite
C'est pas beaucoup plus vach'On a bien vu la suite
Mais un' chos' me tourmenteStoppons là l'expérience
C'est qu'cell's de ma fabricationTa vision de l'éducation
N'ont qu'un rayon d'actionN’est qu'une destruction
De trois mètres cinquanteDe plus de l'excellence
Y a quéqu'chos' qui cloch' là-d'dansQuand on nous prend pour des cons
J'y retourne immédiat'mentOn le voit bien, nom de nom

Il a bossé pendant des joursC'est l'exemple que chaque jour
Tâchant avec amourL'UMP alentour
D'améliorer l'modèleUse de fumigènes
Quand il déjeunait avec nousEn attendant le président
Il avalait d'un coupEt sans parler bilan
Sa soupe au vermicelleParaîtrait que ça gêne
On voyait à son air féroceOn voit beugler les Morano
Qu'il tombait sur un osLes Guéant, les zozos
Mais on n'osait rien direBien qu'ils n'aient rien à dire
Et pis un soir pendant l'repasEt les Français pendant l’repas
V'là tonton qui soupir'Les libertés qu' expirent
Et qui s'écrie comm' çaIls n'y pensent mêm' pas

A mesur' que je deviens vieuxA mesur’ que l'on devient vieux
Je m'en aperçois mieuxOn s'aperçoit bien mieux
J'ai le cerveau qui flancheQu'on nous prend pour des tanches
Soyons sérieux disons le motFini le temps des Rachida
C'est même plus un cerveauFadela ou Rama
C'est comm' de la sauce blancheBienvenue aux peaux blanches
Voilà des mois et des annéesPrésident de tous les Français
Que j'essaye d'augmenterEn voilà une idée
La portée de ma bombeC'est juste pour la frime
Et je n'me suis pas rendu compt'Sans les voix de Marine Le Pen
Que la seul' chos' qui compt'Ce sera la géhenne
C'est l'endroit où s'qu'ell' tombeVoire même l'abîme
Y a quéqu'chose qui cloch' là-d'dans,Quand on nous prend pour des cons
J'y retourne immédiat'ment On le voit bien, nom de nom


Sachant proche le résultatOn le voit bien, le résultat
Tous les grands chefs d'EtatPrivatiser l’Etat
Lui ont rendu visiteEt le vendre à la clique
Il les reçut et s'excusaDes Émirats, des potentats
De ce que sa cagnaDes nababs d'ici-bas
Etait aussi petitePillant la République
Mais sitôt qu'ils sont tous entrésMaintenant qu’ils sont tous entrés
Il les a enfermésEt tous bien installés
En disant soyez sagesQui se goinfre au passage ?
Et, quand la bombe a exploséOn le saura, mais bien après
De tous ces personnagesQui paiera les dommages
Il n'en est rien restéSinon tous les Français ?

Tonton devant ce résultatPendant ce temps-là, à Nogent
Ne se dégonfla pasEt avec quel argent
Et joua les andouillesUne statue sidère
Au Tribunal on l'a traînéElle aurait les traits de Carla
Et devant les jurésJe ne l'invente pas
Le voilà qui bafouilleJouant les plumassières
Messieurs c'est un hasard affreuxMarianne, c'eut été trop gros
Mais je jur' devant DieuOu bien un peu trop tôt
En mon âme et conscienceEt à ma connaissance
Qu'en détruisant tous ces tordusC'est bien là le premier Martin
Je suis bien convaincuSensible au baratin
D'avoir servi la FranceDu seigneur de la France
On était dans l'embarrasSarkozy est candidat
Alors on l'condamnaDémarre le combat
Et puis on l'amnistiaOn va régler tout ça
Et l'pays reconnaissantEt l’pays qu'est pas si con
L'élu immédiat'mentL’renverra sans pardon
Chef du gouvernementSur les roses-pompon




Liste des 3 autres parodies répertoriées pour La java des bombes atomiques de Boris Vian :





Quelques parodies parmi prises au hasard :