L'élection en France

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Les marchés de Provence de Gilbert Bécaud
    


Il y a tout au long des marchés de ProvenceIl y a tout au long de l'élection en France
Qui sentent, le matin, la mer et le MidiDes promesses par là, des promesses par ci
Des parfums de fenouil, melons et célerisEn 2007, on sait, on a vu Sarkozy
Avec dans leur milieu, quelques gosses qui dansentQui ne les a tenues bien que pour la finance
Voyageur de la nuit, moi qui en ribambelleQuel que soit le parti, voici en ribambelle
Ai franchi des pays que je ne voyais pasDes promesses je pense que vous n'entendrez pas
J'ai hâte au point du jour de trouver sur mes pasEt c'est vraiment dommage, les amis, croyez-moi
Ce monde émerveillé qui rit et qui s'interpelleLa France émerveillée qui découvre rebelle
Le matin au marchéUn autre à l’Élysée

Voici pour cent francs du thym de la garrigueVoici donc un toit pour tous les SDF
Un peu de safran et un kilo de figuesLes profits taxés de ceux qu'ont trop d'bénef
Voulez-vous, pas vrai, un beau plateau de pêchesVoulez-vous, pas vrai, un peu plus de justice
Ou bien d'abricots ?Ou bien moins d'impôts ?
Voici l'estragon et la belle échaloteVoici l'exemption de toutes les parlotes
Le joli poisson de la Marie-CharlotteDes propositions de loi un peu idiotes
Voulez-vous, pas vrai, un bouquet de lavandeVoulez-vous, pas vrai, un peu plus de lumière
Ou bien quelques œillets ?Ou bien la vérité ?
Et par dessus tout ça on vous donne en étrenneEt par dessus tout ça on vous donne en bonus
L'accent qui se promène et qui n'en finit pasLe départ des minus, lui qui n'en finit pas

Mais il y a, tout au long des marchés de ProvenceMais il y a, tout au long des élections de France
Tant de filles jolies, tant de filles joliesTant de Dupont-Aignan ou tant d'Eva Joly
Qu'au milieu des fenouils, melons et célerisQu'au milieu des petits, Hollande et Sarkozy
J'ai bien de temps en temps quelques idées qui dansentMalgré bien des sondeurs tueront la concurrence
Voyageur de la nuit, moi qui en ribambelleQuel que soit le parti, voici en ribambelle
Ai croisé des regards que je ne voyais pasDes promesses je pense que vous ne verrez pas
J'ai hâte au point du jour de trouver sur mes pasEt c'est vraiment dommage, les amis, croyez-moi
Ces filles du soleil qui rient et qui m'appellentEspérons au réveil de la France éternelle
Le matin au marchéLa gauche à l’Élysée

Voici pour cent francs du thym de la garrigueVoici donc un toit pour tous les SDF
Un peu de safran et un kilo de figuesLes profits taxés de ceux qu'ont trop d'bénef
Voulez-vous, pas vrai, un beau plateau de pêchesVoulez-vous, pas vrai, un peu plus de justice
Ou bien d'abricots ?Ou bien moins d'impôts ?
Voici l'estragon et la belle échaloteVoici l'exemption de toutes les parlotes
Le joli poisson de la Marie-CharlotteDes propositions de loi un peu idiotes
Voulez-vous, pas vrai, un bouquet de lavandeVoulez-vous, pas vrai, un peu plus de lumière
Ou bien quelques œillets ?Ou bien la vérité ?
Et par dessus tout ça on vous donne en étrenneEt par dessus tout ça on vous donne en bonus
L'accent qui se promène et qui n'en finit pasLe départ des minus, qui lui n'en finit pas




Liste des 2 autres parodies répertoriées pour Les marchés de Provence de Gilbert Bécaud :





Quelques parodies parmi prises au hasard :