La Gauche 2012

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Grand-Père de Georges Brassens
    


Grand-pèr' suivait en chantantLa Gauche suivait en chantant
La route qui mène à cent ansLe bon président Mitterrand
La mort lui fit, au coin d'un boisLa mort lui fit, au coin d'un bois
L'coup du pèr' FrançoisL' coup du pèr' François
L'avait donné de son vivantL'avait donné de son vivant
Tant de bonheur à ses enfantsTant de pouvoir à ses enfants
Qu'on fit, pour lui en savoir gréQu'on fit, pour lui en savoir gré
Tout pour l'enterrerTout pour l'oublier
Et l'on courut à toutes jam-Et l'on courut à tout berzin-
Bes quérir une bière, maisgue nier l'héritage, mais
Comme on était légers d'argentComme on avait choisi Jospin
Le marchand nous reçut à bras fermésL'électeur nous reçut à bras fermés

‘Chez l'épicier, pas d'argent, pas d'épices‘D' la gauche entière, être tête de liste
Chez la belle Suzon, pas d'argent, pas de cuisseC'est pas facile à faire quand on est socialiste
Les morts de basse conditionLa gauche dans ces conditions
C'est pas de ma juridiction’Restera dans l'opposition’

Or, j'avais hérité d'grand-pèreOr, j'avais hérité d'mon père
Un' pair' de bott's pointuesUne ironie pointue
S'il y a des coups d'pied que'que part qui s'perdentS'il y a des vérités qui s'perdent
Çui-là toucha son butCelle-là toucha son but

C'est depuis ce temps-là que le bon apôtre,C'est depuis ce temps-là que la pauvre France,
Ah ! c'est pas joli...A (c'est pas joli...)
Ah ! c'est pas poli...A (c'est pas poli...)
A un' fess' qui dit merde à l'autreUn pouvoir qui dit merde aux pauvres

Bon papaBon François
Ne t'en fais pasNe t'en fais pas
Nous en viendronsNous en viendrons
A bout de tous ces empêcheurs d'enterrer en rondA bout de tous ces empêcheurs de gagner en rond

Le mieux à faire et le plus courtLe mieux à faire et le plus court
Pour qu'l'enterr'ment suivît son coursPour que la gauche règne à son tour
Fut de borner nos prétentionsFut de souhaiter un tour de con
A un' bièr' d'occasionLa dissolution
Contre un pot de miel on acquitAvec des sondages qui assurent
Les quatre planches d'un mort quiCette fois, c'était un coup sûr
Rêvait d'offrir quelques douceursLe Pen, Chirac et Chevènement
A une âme sœurA moins d' vingt-pour-cent
Et l'on courut à toutes jam-Et l'on courut à tout berzin-
Bes quérir un corbillard, maisgue retenter la chance, mais
Comme on était légers d'argentComme on a rechoisi Jospin
Le marchand nous reçut à bras fermésL'électeur nous reçut à bras fermés

‘Chez l'épicier, pas d'argent, pas d'épices‘D' la gauche entière, être tête de liste
Chez la belle Suzon, pas d'argent, pas de cuisseC'est pas facile à faire quand on est socialiste
Les morts de basse conditionLa gauche dans ces conditions
C'est pas de ma juridiction’Restera dans l'opposition’

Ma bott' partit, mais je m'refuseOr, j'avais hérité d' mon père
De dir' vers quel endroitUne ironie pointue
Ça rendrait les dames confusesS'il y a des vérités qui s' perdent
Et je n'en ai pas le droitCelle-là toucha son but

C'est depuis ce temps-là que le bon apôtreC'est depuis ce temps-là que la pauvre France,
Ah ! c'est pas joli...A (c'est pas joli...)
Ah ! c'est pas poli...A (c'est pas poli...)
A un' fess' qui dit merde à l'autreUn pouvoir qui dit merde aux pauvres

Bon papaBon François
Ne t'en fais pasNe t'en fais pas
Nous en viendronsNous en viendrons
A bout de tous ces empêcheurs d'enterrer en rondA bout de tous ces empêcheurs de gagner en rond

Le mieux à faire et le plus courtLe mieux à faire et le plus court
Pour qu'l'enterr'ment suivît son coursPour que la gauche arrive un jour
Fut de porter sur notre dosFut de mettre Hollande à la peine
L'funèbre fardeau.Puis la Ségolène.
S'il eût pu revivre un instantS'il eût pu revivre un instant
Grand-père aurait été contentTonton aurait été content
D'aller à sa dernièr' demeur'De voir battus ses successeurs
Comme un empereurPar une bonne sœur
Et l'on courut à toutes jam-Et l'on courut à perdre halei-
Bes quérir un goupillon, maisne retenter la chance, mais
Comme on était légers d'argentComme on a choisi Ségolène
Le vicaire nous reçut à bras fermésL'électeur nous reçut à bras fermés

‘Chez l'épicier, pas d'argent, pas d'épices‘D' la gauche entière, être tête de liste
Chez la belle Suzon, pas d'argent, pas de cuisseC'est pas facile à faire quand on est socialiste
Les morts de basse conditionLa gauche dans ces conditions
C'est pas de ma bénédiction’Restera dans l'opposition’

Avant même que le vicaireOr, j'avais hérité d' mon père
Ait pu lâcher un criUne ironie pointue
J'lui bottai l'cul au nom du Pèr'S'il y a des vérités qui s' perdent
Du Fils et du Saint-EspritCelle-là toucha son but

C'est depuis ce temps-là que le bon apôtreC'est depuis ce temps-là que la pauvre France,
Ah ! c'est pas joli...A (c'est pas joli...)
Ah ! c'est pas poli...A (c'est pas poli...)
A un' fess' qui dit merde à l'autreUn pouvoir qui dit merde aux pauvres

Bon papaBon François
Ne t'en fais pasNe t'en fais pas
Nous en viendronsNous en viendrons
A bout de tous ces empêcheurs d'enterrer en rondA bout de tous ces empêcheurs de gagner en rond



Le mieux à faire et le plus sûr

Pour que cette fois elle assure

Fut de passer par des primaires

Sans qu'elles soient amères

C'est hélas de son propre camp

Qu' Hollande reçoit tant et tant

De flèches et dards empoisonnés

Qu' Sarko va gagner

Et l'on courra à perdre halei-

ne retenter la chance, mais

Ce s'ra idem 2017

Et c'est là qu'on aura droit à Copé



‘D' la gauche entière, être tête de liste

C'est pas facile à faire quand on est socialiste

La gauche dans ces conditions

Restera dans l'opposition’



Or, j'avais hérité d' mon père

Une ironie pointue

S'il y a des vérités qui s' perdent

Celle-là toucha son but



C'est depuis ce temps-là que la pauvre France,

C'est depuis ce temps-là que la pauvre France,

A (c'est pas joli...)

A (c'est pas poli...)

Un pouvoir qui dit merde aux pauvres



Bon François

Je vois qu' sans toi

Nous n'en viendrons

Jamais à bout d' ces empêcheurs de gagner en rond

A bout de tous ces empêcheurs de gagner en rond




Liste des 2 autres parodies répertoriées pour Grand-Père de Georges Brassens :





Quelques parodies parmi prises au hasard :