En attente et langue de bois

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Age tendre et tête de bois de Gilbert Bécaud
    


Elle s'habille comme luiC'est un autre Sarkozy
D'un pantalon, d'un blouson.Il a l'air, pas la chanson
Quand on les rencontre la nuit,Étonnant comme on réussit
On dirait deux garçons.Même sans être bon
Leur visage paraît masqué.Il se fout d'être démasqué
Comment deviner qu'ils s'aiment?Il jouera le même thème
Ils jouent des jeux dangereux.Il sait le jeu dangereux
C'est là qu'ils trouvent leur joie.Mais c'est là qu'est son emploi
C'est le temps des n'importe quoi,Copé disant n'importe quoi,
Âge tendre et tête de bois.En attente et langue de bois.

Ils ne se sont jamais ditL'important, c'est ce qu'il dit
Le plus petit mot d'amour.Pas la rose qui prétend
Ils se baladent dans la viePouvoir diriger le pays
En copains de toujours.Fournir un président
Ils pensent que c'est démodéDu fond du gouffre, l'UMP
De se l'avouer qu'ils s'aiment.Ne changera pas de thème
Ils ont des joues de gaminsIl dit qu'il fera demain
Mais leur cœur est déjà loin.Toujours mieux que ces crétins
C'est le temps des n'importe quoi,Copé disant n'importe quoi,
Âge tendre et tête de bois.En attente et langue de bois.

Ils vont tous les jours, tous les jours au cinéma,Et ce tous les jours, tous les jours et blablabla,
Quand ils sortent du ciné, ils prennent un Coca Cola.Quand il sort des conneries, il sait qu'il ne paiera pas
Et comme des habitués ils écoutent la machine qui fait ...Comme on en est saturés on n'en peut plus de Jean-François Copé...

Elle s'habille comme luiC'est un autre Sarkozy
D'un pantalon, d'un blouson.Il a l'air, pas la chanson
Quand on les rencontre la nuitIl a bien vu qu'on réussit
On dirait deux garçons.Même quand on est con
Leur visage paraît figé,Il suffit de bien simuler
Mais moi, je le sais qu'ils s'aiment.Mêm' s'il est pourri, le thème
Ils jouent des jeux dangereux.Il sait le jeu dangereux
C'est là qu'ils trouvent leur joie.Mais c'est là qu'est son emploi
C'est le temps des n'importe quoi,Copé disant n'importe quoi,
Âge tendre et tête de bois.En attente et langue de bois.

Ils se jettent dans la nuitC'est Sarkozy aujourd'hui
En écrasant les cheminsCe serait Copé demain
A grands coups de phares et de bruit :C'est à croire dans leur esprit
La nuit leur appartient.Qu'on n'est pas très malins
Mais quand ils se retrouvent au jourLes Français n'oublient pas toujours
La route est toujours la même.La façon dont on les aime
C'est parce qu'ils n'ont presque rien,Ceux qui pour eux ne font rien
Qu'ils voudraient tout à la fois.Député, ministre ou roi
C'est le temps des n'importe quoi,Qui disent et font n'importe quoi,
Âge tendre et tête de bois.Elle est morte, la langue de bois.




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Age tendre et tête de bois de Gilbert Bécaud.





Quelques parodies parmi prises au hasard :