Les hommes d'Etat d'antan

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Les funérailles d'antan de Georges Brassens
    


Jadis, les parents des morts vous mettaient dans le bain Certains me verraient à tort en petit plaisantin
De bonne grâce ils en f'saient profiter les copains Je serais plutôt vieux con, quelque peu puritain
Y a un mort à la maison, si le cœur vous en dit Lorsque sur le grand écran, les acteurs s'embrassaient
Venez l'pleurer avec nous sur le coup de midi?? À dix ans, mes parents voulaient mes yeux baissés
Mais les vivants aujourd'hui n'sont plus si généreux Depuis, j'ai bien grandi mais la pudeur encore
Quand ils possèdent un mort ils le gardent pour eux Dirige ma pensée, mes actions et mon corps
C'est la raison pour laquell', depuis quelques années C'est la raison pour laquelle je ne peux éviter
Des tas d'enterrements vous passent sous le nez Le grand débat actuel sur la moralité

Mais où sont les funéraill's d'antan ? Mais où sont les hommes d'État d'antan ?
Les petits corbillards, corbillards, corbillards, corbillards Les grands messieurs, grands messieurs, grands messieurs, grands messieurs
De nos grands-pères Qu'on élisait en France
Qui suivaient la route en cahotant Et lorsqu'ils devenaient présidents,
Les petits macchabées, macchabées, macchabées, macchabées Ils incarnaient, z'incarnaient, z'incarnaient, z'incarnaient, z'incarnaient
Ronds et prospères Tant la France
Quand les héritiers étaient contents Et les électeurs étaient contents
Au fossoyeur, au croqu'-mort, au curé, aux chevaux même De leurs affaires de fesses, de cœur, d'argent même
Ils payaient un verre Ils aimaient l'ignorance
Elles sont révolues Ces temps sont révolus
Elles ont fait leur temps On sait tout maintenant
Les belles pom, pom, pom, pom, pom, pompes funèbres Des laides circon con con con con circonstances
On ne les r'verra plus On sort tous les plans cul
Et c'est bien attristant Des bien tristes manants
Les belles pompes funèbres de nos vingt ans Qui sont ou qui pourraient être au gouvernement

Maintenant, les corbillards à tombeau grand ouvert Maintenant, tous les plumards sont livres grand ouverts
Emportent les trépassés jusqu'au diable vauvert Vivent les doigts vengeurs qui désignent les pervers
Les malheureux n'ont mêm' plus le plaisir enfantin Comme de ce milieu-là, on connaît les pratiques
D'voir leurs héritiers marron marcher dans le crottin Bientôt s'éteindra la race des hommes politiques
L'autre semain' des salauds, à cent quarante à l'heur' Tant on sait que le pouvoir excite la bébête
Vers un cimetièr' minable emportaient un des leurs De tous ces irréprochables ayant queue plus que tête
Quand, sur un arbre en bois dur, ils se sont aplatis Qui espèrent que ça dure, et que tout soit permis
On s'aperçut qu'le mort avait fait des petits Le pourront-ils ou non ? Choisissez, les amis !



Plutôt qu'd'avoir des obsèqu's manquant de fioritur's L'on feint de s'apercevoir que certains rastaquouères
J'aim'rais mieux, tout compte fait, m'passer de sépultur' Ont de la femme en amour des idées singulières
J'aim'rais mieux mourir dans l'eau, dans le feu, n'importe où Qu'ils peuvent bien se passer de son consentement
Et même, à la grand' rigueur, ne pas mourir du tout Qu'en fait, c'est un grand honneur qu'ils font en la prenant
Ô, que renaisse le temps des morts bouffis d'orgueil Sans promotion canapé, vides nos ministères
L'époque des m'as-tu-vu-dans-mon-joli-cercueil Mais sur ces sujets-là, il est bon de se taire
Où, quitte à tout dépenser jusqu'au dernier écu Sur Tron et sur DSK, je n'en dirai pas plus
Les gens avaient à cœur d'mourir plus haut qu'leur cul Et vous ne saurez rien d'autres affaires de cul






Liste des 2 autres parodies répertoriées pour Les funérailles d'antan de Georges Brassens :





Quelques parodies parmi prises au hasard :